Cultivez-vous la JOIE ?

Bien souvent, nous résistons à l’appel de la joie dans la vie. Une part de nous a envie de s’accorder du plaisir et une autre nous dit : « ce n’est pas bien, il ne faut pas ! ». Dans ces cas-là, nous sommes forts pour nous justifier : « je dois travailler », « je n’ai pas le temps »… Certaines personnes affirment que la vie est une épreuve, une école, et qu’elle est censée être malheureuse. À l’inverse, Neil Donald Walsch explique dans L’Abondance véritable que « le bonheur est votre état d’être naturel et vous pouvez occuper cet espace tout le temps. Vous n’aurez plus jamais à être malheureux. »

La vie est donc faite pour être heureuse, à une condition : que nous en soyons persuadés ! « Si vous croyez que la vie est faite pour être heureuse, elle le sera. » Dans le cas contraire, la vie se déroulera selon notre non-croyance. Comme le répète Alexandre Jollien, il faut jouir sous le soleil, profiter de la joie simple d’exister, de pouvoir embrasser sa femme, ses enfants, apprécier de boire et de manger. Le plaisir se trouve en effet dans l’instant présent, dans des petites choses du quotidien : lire un livre, faire une promenade dans la nature, faire du sport, admirer un paysage… Chacun peut trouver ce qui lui fait profondément plaisir.

Cela parait facile et pourtant, de nombreux obstacles sont à surmonter : nos peurs, nos doutes, notre mental qui analyse et complique les choses, notre histoire qui nous coupe de notre vraie nature… Pour ma part, suis-je heureux tout le temps ? Non. Je mentirais si je l’affirmais. Suis-je plus heureux qu’avant ? Oui, de plus en plus… Car plutôt que de chercher un bonheur absolu, je profite des instants de joie qui me sont offerts régulièrement.

En Afrique, la joie est partout. Malgré le grand dénuement qui y règne, les réunions de travail de l’association avec laquelle nous travaillions au Burkina-Faso se déroulaient dans une atmosphère détendue, dans la bonne humeur, dans des élans de spontanéité ponctués de grands éclats de rire ! Cette expérience m’a amené à prendre une décision : choisir systématiquement de créer de la joie, de la facilité, de la légèreté dans tout ce que j’entreprends. Si un projet ne répond pas à ces critères, je l’abandonne.

Et vous, cultivez-vous la joie ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

Est il préférable d’investir dans l’immobilier en SAS ou en SCI ?

Investir-dans-l-immobilier

En période crise, je vous recommande fortement d’investir dans l’immobilier via une société commerciale (SARL, SAS…).

Si vous possédez déjà quelques biens, avez-vous songé à créer une holding ? Je vous livre une astuce pour le montage juridique.

Pour en savoir davantage, je vous recommande de télécharger mon guide pratique pour investir dans l’immobilier.

Je vous souhaite le meilleur
Ludovic Bréant

Devenez un leader pour un véritable changement

changement

Notre monde a un besoin urgent de changements !

Devenez le leader de votre communauté pour incarner le changement que vous souhaitez voir se réaliser.

Je vous souhaite le meilleur !
Ludovic

S’accorder le TEMPS d’être HEUREUX

J’ai cru pendant longtemps que, pour réussir sa vie, il fallait fournir beaucoup d’efforts. J’avais la conviction que, pour accéder au bonheur, je devais travailler de manière acharnée et faire preuve d’une grande volonté pour que mon environnement et le monde s’y plient. Je pensais devoir constamment lutter pour atteindre mes objectifs, pour obtenir et posséder… Tout cela pour atteindre un but qui m’apporterait finalement le bonheur.

Avec un tel état d’esprit, ma vie de chef d’entreprise était tellement remplie qu’elle ne laissait pas de place à l’imprévu, ni au plaisir de profiter du moment présent. A tel point que lorsque j’étais en déplacement et qu’un rendez-vous était annulé, je culpabilisais de profiter de ce moment de liberté : je ne m’accordais même pas le droit de boire simplement un café sur une terrasse ou de me promener au bord de la mer.

Après une longue réflexion personnelle, j’ai pris la décision de travailler à partir de chez moi. Aujourd’hui, nos deux bureaux se trouvent être respectivement éloignés de 400 kilomètres et de 100 kilomètres de mon domicile, ce qui m’empêche volontairement de me rendre quotidiennement au bureau.

Ce luxe de pouvoir travailler sans pression, sans obligation, m’a amené un bien-être qui n’a pas de prix. Cela m’a donné la liberté d’aller courir le matin au bord de la mer, de me promener au pied des montagnes sous le soleil du Pays-Basque, ou encore d’emmener mes enfants surfer le mercredi après-midi.

Récemment, j’ai fait une expérience qui m’aurait été impensable quelques années auparavant : je me suis assis au bord d’une rivière, et je me suis senti aussi calme que le cours d’eau.

Progressivement, j’ai pris conscience de la simplicité et de la tranquillité de toute chose. Et j’ai identifié cet état interne comme étant le bonheur !

Et vous, prenez-vous le temps d’être heureux ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

Le BONHEUR est en soi

J’ai amassé beaucoup d’argent mais pas le bonheur véritable. Il a fallu que je perde une partie de ma fortune pour comprendre que le bonheur était en moi et nulle part ailleurs ! Quand j’ai commencé à me sentir plus en paix, plus serein, mon environnement extérieur s’est nettement amélioré : le matériel était là quand j’en avais besoin, sans plus, mais bien suffisamment pour le bien-être de toute la famille.

En réalité, le bonheur n’est pas un but : il est un moyen. Pascal Spiler explique que « ce n’est pas en réalisant vos souhaits que vous serez heureux, c’est même exactement l’inverse : c’est quand vous serez heureux que vos souhaits se réaliseront ». J’ai ainsi fini par comprendre que mon chemin n’a pas de but, mais qu’il est le but. Notre vie actuelle est aussi importante que la direction que nous souhaitons donner à notre projet de vie. Nous ne sommes pas venus sur terre pour atteindre un objectif précis, mais pour matérialiser une intention, pour apporter l’amour, la joie, la paix, le soulagement, l’enthousiasme…

Le bonheur est avant tout un état interne qui n’a rien à voir avec les circonstances extérieures. Il se décide, s’apprend, s’entretient. Nous possédons en nous tout ce dont nous avons besoin pour être heureux, et nous pouvons donc l’être même si les circonstances extérieures nous sont défavorables. Par ailleurs, quand nous sommes heureux, quand nous nous sentons bien, le monde autour de nous devient étonnamment plus favorable. La vie nous apporte ce dont nous avons besoin.

Et vous, cherchez-vous le bonheur en vous ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic

5 étapes pour atteindre l’abondance financière

liberte

L’abondance financière n’est pas réservée à une élite si on suit ces quelques recommandations qui sont un préalable indispensable.

En voici les 5 étapes fondamentales dans cette vidéo.

Je vous souhaite le meilleur
Ludovic Bréant

5 CLES pour CHANGER de vie

changement

Avez-vous identifié au fond de vous ce qui vous anime vraiment ?

Prenez cette décision ferme et irrévocable de vous donner la permission de vous mettre en mouvement pour réaliser le meilleur de vous-même.

Je vous souhaite le meilleur !
Ludovic

Donnez-vous TROP D’IMPORTANCE À VOS IDÉES ?

Selon le physicien russe Vadim Zeland, plus nous accordons de l’importance à la réalisation de nos projets ou de nos objectifs, plus nous créons ce que Transurfing appelle des potentiels en excès.

Plus je veux quelque chose avec force, plus je crée un potentiel en excès. Ce déséquilibre appelle automatiquement une autre force, de même intensité mais de sens contraire, pour rétablir l’équilibre. Et cet autre potentiel s’oppose directement à la direction que nous voulons donner à nos projets.

Un exemple pour illustrer ce processus : dans mon nouveau projet de vie, j’ai voulu éviter de créer une force de rééquilibrage allant à l’encontre de mon souhait d’aider les autres. J’ai donc décidé d’arrêter de forcer les choses, de me consacrer pleinement à l’écriture de mon livre et de mon blog et de laisser émerger mon nouveau projet sans y mettre de pression particulière. J’ai lâché prise sur ma volonté de concrétiser une nouvelle idée rapidement, et j’ai même accepté l’éventualité de ne pas le réaliser du tout. À ce moment-là, comme par enchantement, les choses se sont débloquées.

Diminuer la pression, baisser le niveau d’importance que l’on donne à la réalisation d’un objectif facilite sa réalisation.

Et vous, donnez-vous trop d’importance à vos idées, à vos projets ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic

Parvenez-vous à réduire VOTRE STRESS ?

senenite

Une nouvelle fois, la vie fait bien les choses : en février 2016, ma famille et moi partons en vacances au Cap Vert, ce qui me permet de reprendre contact avec moi et avec la vie. Le symbole du Cap Vert est la tortue ! En voilà un beau présage, et un vaste programme pour moi : progresser à l’allure d’une tortue ! La devise « nationale », que l’on retrouve sur la devanture des magasins ou sur de nombreux t-shirts, est « no-stress ».

Nous partons faire du quad sur l’île de Boa Vista. Nous traversons des paysages à couper le souffle, des étendues désertiques sans aucune présence humaine ! Après 70km en quad sous un soleil de plomb, nous arrivons dans un village isolé au nord-est de l’île. Le seul bar y est tenu par un Italien qui a choisi de vivre loin de la foule et des touristes, et qui cultive la zen attitude. L’échange avec cette personne me fait un bien fou !

Je me dis alors que tout est lié aux choix que nous faisons et que, moi aussi, je peux choisir de dire non au stress, à l’impatience, et enfin vivre réellement le moment présent en laissant la vie s’écouler tranquillement. J’ai d’ailleurs un grand respect pour les personnes qui ont fait le choix de vivre en dehors du système, sans pression d’aucune sorte, même si je ne me sens pas capable pour le moment d’avoir une telle vie !

Ma femme Valérie et les enfants approuvent totalement ma décision de vivre différemment, sans pression. Nous partageons même de bons moments de rigolade quand ils me rappellent mes anciens schémas de chef d’entreprise stressé.

Je reviens du Cap Vert avec une tortue en ébène, qui trône désormais sur mon bureau. Elle me permet de me rappeler la devise « no-stress » quand j’ai tendance à vouloir repartir à fond dans mes anciens schémas…

De votre côté, parvenez-vous à réduire votre stress ?

Bonne journée,
Ludovic