L’eau selon la naturopathie (partie 4) – Combien et quand boire ?

raison-d-etre

Les médecines naturelles s’attachent tant à la quantité qu’à la qualité des apports hydriques, afin de prévenir la maladie et de potentialiser la santé.

Samedi dernier, nous avons vu en troisième partie de cet article, Les effets secondaires de la déshydratation. Voyons maintenant combien et quand boire.

Seul l’apport d’eau peut remplir la fonction d’hydratation dont notre corps a besoin. Alcool, café, thé et autres boissons contenant de la caféine contribuent au contraire à la déshydratation. Sodas et autres boissons hypersucrées ne sont guère plus intéressants.L’idéal est de consommer une eau peu minéralisée comme l’eau de source ou l’eau traitée par un filtre à osmose inverse. C’est un minimum absolu de six à huit verres d’eau de 25 cl par jour dont notre corps a besoin. Le meilleur moment pour qu’il puisse en bénéficier est lorsque notre estomac est vide. Aussi, je suggère de boire un grand verre d’eau une demi-heure avant chaque repas et trois heures après, et d’intercaler les deux autres dans la journée ou au moment des repas. Evidemment, il est conseillé de boire à tout moment en cas de soif. Si votre consommation est éloignée de ces apports, augmentez-la progressivement, surtout si vous avez tendance à faire de la rétention d’eau.

L’absorption d’eau une demi-heure avant les repas permettra de répondre aux besoins de la digestion. Estomac, intestin, foie et pancréas ont besoin d’eau pour remplir leur mission. Les apports hydriques en cours de repas n’ont d’intérêt que pour humecter le bol alimentaire lorsque celui-ci est composé d’aliments secs ou ayant une faible teneur en eau, comme les céréales. A contrario, une consommation de plusieurs verres d’eau ou de potage trop liquide au cours du repas dilue les sucs digestifs et favorise les ballonnements.

Il faut environ trois heures à l’estomac pour effectuer son travail digestif. C’est pourquoi il est souhaitable d’attendre ce délai pour s’hydrater de nouveau en buvant un grand verre d’eau.

Dans le cas de douleurs digestives, boire un ou deux grands verres d’eau immédiatement peut venir à bout de ces signaux et devrait être un geste de bon sens. Si la douleur persiste malgré un réajustement de l’apport hydrique pendant quelques jours, il sera prudent de consulter un médecin pour évaluer l’état des troubles. En ce qui concerne la constipation, c’est après la rééducation de plusieurs jours, voire semaines, que les résultats pourront poindre.

Pour les douleurs dorsales, en plus de l’augmentation des apports hydriques, quelques mouvements d’étirement spécifiques qui mobilisent l’eau des articulations et réduisent les spasmes des puissants muscles dorsaux seront nécessaires.

L’eau et les reins

Ayant rempli sa mission de transport des nutriments et des déchets, l’eau doit être filtrée. Ce sont les reins qui remplissent cette fonction d’élimination des déchets solubles et récupère ce qui est utile à l’organisme. C’est ainsi qu’ils filtrent chaque jour de 100 à 150 litres de sang et de lymphe pour éliminer environ 1 à 2 litres d’urine chargée de déchets. Le reste de l’eau est réabsorbé avec les sels minéraux, les acides aminés et le glucose, utiles pour le corps.

Ce merveilleux travail de tri est effectué par des centaines de milliers de micro-usines, appelées néphrons. Si la déshydratation est chronique, les reins se surmènent, les urines sont très concentrées avec un risque de calculs rénaux. De plus, les déchets non traités auront tendance à encrasser l’organisme et, dans le meilleur des cas, seront éliminés par des portes de sortie de substitution, appelées, en médecine de terrain, « émonctoires dérivatifs ». Ainsi, certains déchets non éliminés par les reins peuvent l’être par la peau, occasionnant notamment au passage irritations et mauvaises odeurs.

Potentialiser notre santé

Boire de l’eau en quantité suffisante est une nécessité pour le bon fonctionnement de l’organisme, mais c’est aussi un moyen pour prévenir et traiter de nombreux troubles : manque d’énergie, états dépressifs, allergies, rhumatismes, problèmes de tension sanguine, excès de cholestérol, constipation, obésité, etc.

Bien boire redonne son autonomie au processus de guérison naturelle.

Il est vrai qu’apprendre à boire ne fait rien vendre ! Est-ce pour cela que plus personne n’enseigne aux enfants à boire de l’eau ? Maintenant que vous savez, partagez cette information et potentialisez votre santé en buvant généreusement le liquide le plus précieux que Dame Nature ait mis à notre disposition : l’eau.

Samedi prochain, nous étudierons la composition de l’eau que nous consommons et ses effets sur notre organisme.

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

ACCEPTER L’INCERTITUDE

Nous tentons de limiter l’incertain dans nos vies. Nous cherchons à vérifier, à contrôler. Nous prenons de multiples précautions. Pourtant, il nous est impossible d’exercer une maîtrise totale sur notre existence. Et, en voulant à tout prix contrôler les événements, nous nous condamnons à vivre dans l’angoisse permanente.

C’est ce que j’ai fait pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que j’accepte que je n’avais aucune certitude :

  • aucune certitude sur le plan professionnel ;
  • aucune certitude sur le plan familial ;
  • aucune certitude sur le plan matériel…

La seule certitude que j’avais était celle-ci : l’univers fait bien les choses et le meilleur finira par arriver.

Je dois avouer que j’ai eu le plus grand mal à renoncer à vouloir tout maîtriser, tout contrôler, tout comprendre et à accepter que je n’avais pas la solution à tout. Mais en limitant cette pression et en acceptant que la solution se trouve au-delà de ma compréhension, j’ai fait un pas important vers ma libération.

De la même manière, nous devons accepter que :

  • nous sommes dans l’incapacité de contrôler autrui (notre conjoint, nos enfants…) ;
  • nous ne pouvons pas non plus contrôler et planifier totalement notre vie professionnelle.

Aussi, les sages nous enseignent à faire de notre mieux, à faire confiance et à s’abandonner à la vie.

Et vous, acceptez-vous les incertitudes de la vie ?

Bonne journée,
Ludovic

S’ARRÊTER ET RESPIRER

Une fois que nous avons pris conscience de notre mécanisme de résistance, nous pouvons nous arrêter en devenant conscient de notre respiration.

J’ai donc commencé à pratiquer des respirations profondes en pensant à mes problèmes, en les acceptant mais sans chercher à les résoudre.

En me réfugiant dans ma respiration, dans l’instant présent, je trouvais comme un abri au milieu de la tempête. Les difficultés restaient présentes et inchangées, mais cet exercice me permettait de les observer et de prendre du recul.

Plutôt que de vouloir à tout prix changer la situation, j’ai commencé par changer ma réaction au problème. Et j’ai constaté que, bien souvent, en faisant confiance à ce qui va arriver, une solution finit par émerger du brouillard.

Et vous, prenez vous le temps de vous arrêter et de respirer ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic

COMMENT PUIS-JE AIDER ?

savoir-deleguer

Lorsque nous mettons nos talents au service de l’humanité, lorsque nous cherchons à être utiles aux personnes que nous rencontrons, nous avons accès à une abondance illimitée.

Alors plutôt que de nous demander « que peut me rapporter ceci ? », demandons-nous : « comment puis-je aider ? ». La réponse à cette question ouvre le chemin à la manière d’offrir notre talent.

Et vous, comment allez-vous aider votre prochain aujourd’hui ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic

ÉCRITURE : comment améliorer son style ?

Bonjour, je m’appelle Sana (www.sanasecretsofshine.wordpress.com), je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Quand on commence à écrire (article sur blog, livre…), il n’est pas rare de s’interroger sur son style. Au fil de la progression, nous avons envie de l’améliorer. Voici deux clés pour l’affiner.

1. Allégez vos phrases

Les envolées lyriques ne sont pas faites pour tout un chacun. Préférez les phrases courtes, les tournures simples, les constructions concises.
Veillez à éviter les propositions subordonnées telles que : « après que », « bien que », car elles alourdissent le propos. L’idée est de développer un style concis, clair, agréable à lire.

Dans son œuvre « La Prose d’aujourd’hui », René Gorgin explique ce qu’est le style : « La langue, ce sont d’une part les matériaux utilisés […] le style, c’est la façon dont on utilise ces matériaux. Il ajoute au vocabulaire et aux usages grammaticaux l’emploi des images […] ce sont les sonorités […] c’est aussi le rythme. »

2. Travailler votre orthographe

Il n’est pas rare de réitérer les mêmes fautes d’orthographe. Pour travailler ce point, plusieurs solutions existent comme celle de faire des exercices interactifs en ligne pour repérer vos fautes et les corriger.

Enfin, ultime conseil : évitons les jargons, les mots techniques, les abréviations.

Et gardons à l’esprit que : « ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement » (Nicolas Boileau).

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.

RIEZ-VOUS SUFFISAMMENT ?

sens-a-sa-vie

« Papa, tu es bien trop sérieux. Rigole ! »

Comme mes enfants avaient raison : j’étais beaucoup trop sérieux… Mon éducation m’empêchait d’éclater de rire quand l’un deux faisait une bêtise. La vie terrestre étant courte, j’ai décidé de la vivre heureux, en cherchant à jouir de chaque moment. L’exercice est parfois délicat mais tellement bénéfique…

L’humour est une qualité essentielle de l’homme, et le rire permet immédiatement de créer un lien entre les personnes.

Lorsqu’une personne arrive dans une réunion, complètement fermée et froide, elle va générer une atmosphère glaciale. A l’inverse, quand une personne joyeuse rejoint une réunion où l’énergie est froide, elle va par sa chaleur humaine apporter une atmosphère conviviale. La créativité de cette rencontre s’en trouvera dès lors largement améliorée.

Et vous, apportez-vous de la joie à votre entourage ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic