J’ai décidé de DEVENIR MON PROPRE PATRON pour ne plus me sacrifier et VIVRE MIEUX

Vivre mieux son travail

Après avoir révisé sa relation au travail, Jean-François Hoibian Labonne a décidé de retrouver des horaires qui lui conviennent, et de privilégier le plaisir de vivre.

Pour ça, il a quitté sa vie de cadre dynamique pour créer sa propre entreprise.


Lien vers la vidéo >>

Les résultats que Jean-François constate :

– Un aspect créatif dans son travail
– Un rythme personnel respecté
– Le plaisir de satisfaire ses clients
– Un équilibre et une sérénité dans son foyer

Pour recevoir plus de vidéos inspirantes, inscrivez-vous à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, en remplissant le formulaire ci-dessous.

Etes-vous TOUJOURS positif ?

Je viens d’avoir une prise de conscience et je souhaitais vous la partager car ça peut vraiment changer la qualité de votre vie.

Vous arrive-t-il parfois de vous laisser envahir par des pensées négatives ?

Je vous propose dans cette vidéo une technique puissante pour vous en libérer.

Je vous souhaite le meilleur !
Ludovic

APPRIVOISEZ VOS PEURS

Est-ce que vous avez de la difficulté à gérer vos peurs au quotidien ? Une petite vite en pleine conscience avec François Lemay qui va faire du parapente en Savoie !

Lien vers la vidéo >>

Inscrivez-vous aux « Petites Vites », c’est gratuit : une-petite-vite.com

Pour en savoir plus sur les différents services offert par François :
Académie de pleine conscience Kaizen : http://academiekaizen.com/
Le grand mouvement de conscience sociale Inspire-toi : http://www.inspiretoi.ca/

Pour rester informé des programmes de pleine conscience de François Lemay, remplissez le formulaire ci-dessous.

Parvenez a prendre CONSCIENCE de votre ENVIRONNEMENT ?

Dans le tumulte de nos vies agitées, il est essentiel de nous arrêter, de calmer l’agitation de notre esprit en nous mettant à l’écart du monde.

La pleine conscience revient à être présent à l’instant ; ce n’est pas faire le vide. Selon Christophe André, il s’agit de « s’arrêter pour prendre contact avec l’expérience, toujours en mouvement, que nous sommes en train de vivre ». La première étape consiste à rester immobile et silencieux suffisamment longtemps pour nous calmer. C’est, par exemple, ce qui est en train de se passer maintenant si, tout en continuant à lire lentement ce texte, vous vous apercevez qu’il y a des sons autour de vous, que vous êtes en train de respirer, que vous avez des jugements sur ce que vous êtes en train de lire, que vous vous grattez le front…

En travaillant la pleine conscience, j’ai appris à ouvrir les yeux sur mon environnement, sur toutes les belles choses qui m’entourent – les paysages, le ciel bleu, les cris des enfants… – et à sortir progressivement de mes réflexions, de mes ruminations, de mes anticipations, de mes planifications…

Et vous parvenez vous a vous calmer et a prendre pleinement conscience de votre environnement ?

Belle journée,
Ludovic

VIVEZ VOUS CONSCIEMMENT ?

Pendant de nombreuses années, j’ai vécu tel un robot : je me lavais en pensant à ma journée de travail, je me couchais en souhaitant bien dormir pour être en forme le lendemain, je faisais de nombreuses choses et pourtant j’oubliais de profiter…

En m’arrêtant, en me concentrant sur mon souffle, je suis parvenu progressivement à me recentrer, à reprendre contact avec moi-même. Mais les habitudes ont la peau dure : encore récemment, j’étais en train de marcher dans Paris entre deux rendez-vous et mes pensées étaient totalement dans ma préoccupation du rendez-vous suivant et du respect de mon timing pour ne pas rater l’avion du retour. J’étais préoccupé, tendu, stressé, encombré de pensées inutiles. Heureusement, je me suis rendu compte de mon égarement. Je me suis recentré sur ma respiration et sur ma posture, j’ai commencé à écouter les sons de la ville, à voir ce qui m’entourait, à sentir les odeurs, à être présent… Ma sérénité a commencé à revenir : en reprenant contact avec le moment présent, j’ai recommencé à vivre.

Et vous vivez vous consciemment ?

Bonne journée,
Ludovic

Intolérances et allergies – Que dit la NATUROPATHIE ? (partie 3/6)

Plus d’un Français sur trois souffre d’allergie et près d’un sur deux d’intolérance alimentaire. Ce chiffre aurait doublé au cours des quinze dernières années. Quelles en sont les causes et comment pouvons-nous agir en dehors des traitements symptomatiques proposés par la médecine classique ?

Nous avons vu samedi dernier, la seconde partie de cet article au sujet des intolérances alimentaires. Nous continuons aujourd’hui avec les allergies.

Les allergies

Les allergies alimentaires peuvent être une aggravation de l’intolérance. Alors, certaines molécules traversent une frontière normalement étanche : la paroi de l’intestin.

Médicalement, elles se distinguent des intolérances par le fait qu’elles font réagir notre système immunitaire, qui fabrique des anticorps spécifiques (IgE) pour lutter contre les intrus. Ici, les réactions sont immédiates alors que, dans le cas des intolérances, elles sont, le plus souvent, différées.

Les conséquences peuvent être également beaucoup plus graves, voire fatales avec des complications comme les œdèmes ou les chocs anaphylactiques. Les symptômes sont plus nombreux. Ils peuvent être respiratoires (nez qui coule, éternuements, toux), cutanés (gonflement des lèvres, de la langue, urticaire, démangeaisons cutanées, eczéma) ou intestinaux (diarrhées, coliques, crampes).

Allergies et système immunitaire

A l’instar d’une armée, le système immunitaire sert à défendre l’intégrité du territoire qu’est notre corps. Les barrières physiques sont les premières lignes de défense. Les principales sont la peau, les flores intestinale et vaginale, qui protègent les muqueuses, ou encore le mucus, qui tapisse l’arbre bronchique.

Mais ces premières barrières peuvent être franchies de façon accidentelle. C’est ce qui se passe lorsque l’intestin devient poreux à cause d’une mauvaise alimentation ou d’intolérances non prises en compte. Ce passage « d’étrangers » va activer le système immunitaire.

Pour vérifier une réaction allergique, on peut faire doser les lymphocytes (cellules du système immunitaire) IgE, qui fabriquent les anticorps (ou immunoglobulines).

Dans le cas d’une intolérance persistante, le système immunitaire finit par réagir et sécréter une autre forme d’anticorps appelés IgG, d’où les similitudes avec les manifestations allergiques, les risques de complications en moins.

Les antigènes, responsables des réactions allergiques, également appelés allergènes, peuvent être des protéines d’aliments, mais aussi d’autres substances comme le pollen, la poussière, voire certains médicaments qui ne sont pas reconnus par notre système de défense.

Certaines cellules du système immunitaire, au contact avec l’allergène, libèrent des granules tels que l’histamine, responsable des manifestations que sont les rougeurs, les démangeaisons ou les irritations des yeux par exemple.

Les cas extrêmes de réactions allergiques peuvent entraîner des formes graves d’asthme ou encore des œdèmes. L’expression la plus sévère est connue sous le nom de choc anaphylactique avec, au dernier grade, un œdème pulmonaire qui peut être fatal.

Les pathologies allergiques sont le reflet d’un mauvais équilibre dans les mécanismes de régulation du système immunitaire. Ce système, qui permet normalement d’identifier les particules étrangères à l’organisme, est très finement géré et régulé.

Différentes causes peuvent interférer avec ces mécanismes de contrôle. Par exemple, une insuffisance de contacts avec les agents infectieux ou une mauvaise flore intestinale oriente chez le nourrisson son système immunitaire vers la voie de l’allergie. De plus, l’activation de notre système de défense entraîne de façon physiologique une réaction inflammatoire (via l’histamine par exemple). Cette inflammation permet d’ouvrir les voies de circulation à nos « gendarmes » pour rendre leur travail plus efficace. La conséquence de cette dilatation des tissus et vaisseaux sanguins est une rougeur, une chaleur et une douleur. Dans des conditions normales, l’inflammation cesse une fois la tâche des « soldats » achevée. Elle ne pose problème que si elle n’est pas finement régulée.

Il faut souligner que notre système immunitaire a été programmé il y a des milliers d’années dans un contexte alimentaire où les fruits et légumes étaient largement plus présents dans notre ration alimentaire. Or ceux-ci possèdent l’antidote à l’incendie qu’est l’inflammation grâce à leurs antioxydants, qui neutralisent les radicaux libres générés dans le processus inflammatoire.
Or nous savons aujourd’hui que c’est l’inflammation chronique qui
entretient le terrain allergique.

Samedi prochain, nous continuerons cet article et aborderons les Causes des allergies.

Alain HUOT

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

Le risque de s’IDENTIFIER À NOS POSSESSIONS

En s’identifiant à un tiers, en vivant certaines émotions par procuration, notre ego a l’impression d’exister.

Notre ego a également tendance à s’identifier à ses possessions. L’image que je projetais à l’extérieur était à ce titre très importante pour moi : ma résidence principale de plus de 550m², ma résidence secondaire, mes voitures de luxe me permettaient de me sentir vivant. Et plus je possédais, plus j’avais besoin de posséder davantage. Si on m’avait demandé : « qui êtes-vous ? », j’aurais pu répondre : « je suis ma Porsche ou mon 4×4 ». Oups ! J’étais devenu totalement idiot et ridicule…

Heureusement, même s’il m’arrive encore de m’accrocher à des possessions et d’avoir peur de les perdre, Valérie, ma femme, a fait redescendre mon ego sur terre, et mon travail sur moi m’a permis d’ouvrir ma conscience à d’autres réalités…

Et vous, vous arrive-t-il de vous identifier à vos possession ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic