Comment augmenter sa fréquence vibratoire ?

énergie-positive

On peut agir sur différents plans pour élever sa fréquence vibratoire et maintenir ainsi un état d’être positif.

Tout est énergie et vibration !


Je vous souhaite le meilleur !
Ludovic

Parvenez-vous à vous sentir bien pour ATTIRER CE QUE VOUS VOULEZ ?

Lorsque nous voulons quelque chose, la loi de l’attraction nous enseigne de ne pas seulement penser à cette chose mais également de la ressentir, avec le plus de précision possible.

Or, en étant préoccupé ou dans nos peurs, nous attirons encore davantage de contrariétés et de craintes dans notre vie. Nous ne pouvons pas nous sentir bien et avoir en même temps des pensées négatives. Si nous nous sentons bien, c’est au contraire parce que nous avons des pensées positives.

Par exemple, lorsque mon groupe a commencé à avoir des difficultés de trésorerie, je ressassais sans cesse mes difficultés, j’étais constamment soucieux et préoccupé, et bien évidemment, j’attirais de plus en plus de problèmes…

Depuis, j’ai appris progressivement à transformer mes pensées négatives en pensées positives. Lorsque la difficulté me semble particulièrement importante, je me mets en état de méditation, je calme mes pensées, ou je me souviens d’un événement heureux : j’émets ainsi une fréquence positive et je retrouve un sentiment de bien-être.

J’ai pensé pendant de nombreuses années que la vie était un combat, qu’il fallait se battre pour réussir. Et la loi de l’attraction a fait en sorte que ma vie soit un combat. J’ai récemment modifié cette croyance et j’ai commencé à émettre l’intention que la vie est facile et qu’elle m’est bénéfique. Depuis ce moment, ma vie s’est grandement améliorée et il m’arrive de plus en plus de belles choses.

Et vous, parvenez-vous à vous sentir bien pour attirer tout ce que vous voulez dans la vie ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

APPRENDRE À MIEUX NOUS AIMER

La confiance en soi repose pour une large part sur l’amour, sur l’estime que nous nous portons. En apprenant à mieux nous aimer, nous parviendrons à améliorer l’image que nous avons de nous-mêmes et, de ce fait, notre confiance en nous. Un coach m’a un jour demandé si j’étais fier de moi… Euh, oui, mais… En fait, après réflexion, je ne me sentais pas fier de moi malgré ce que j’avais accompli. C’est en développant un sentiment de fierté par rapport à moi que j’ai commencé à mieux m’aimer.

Nous pouvons également identifier nos zones de confiance : il s’agit des domaines ou des parties de notre personnalité que nous aimons. En ce qui me concerne par exemple, j’ai toujours aimé créer et développer des projets en animant une équipe dans un esprit start-up.

Et vous, êtes-vous réellement fier(e) de vous ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic

Le POUVOIR du MOMENT PRESENT

Le bonheur n’arrive pas tout seul : il exige un travail sur soi. Par exemple, nous traversons tous des moments de bien-être (un instant de convivialité en famille ou entre amis, un bon repas, une promenade…), mais sait-on les apprécier ?

Il m’arrivait régulièrement de m’apercevoir a posteriori que j’avais vécu des moments de bonheur mais que je n’avais pas su en profiter.

Je ne compte pas le nombre de fois où je passais un instant agréable mais où, inquiet pour l’avenir ou préoccupé par mes soucis, je n’avais pas l’esprit tranquille et je n’éprouvais pas le bonheur véritable.

Dans cet état, je passais à côté de l’essentiel.

Inversement, quand on commence à en prendre conscience, à reconnaître la grâce de ces moments privilégiés, lorsqu’on est pleinement présent à ces instants, alors le bien-être se transforme en bonheur véritable.

Depuis que je suis plus présent, plus conscient, je savoure intensément les nombreux moments de bonheur qui jalonnent mes journées.

Et vous, profitez-vous de tous les moments de bonheur que vous traversez ?

Bonne journée,
Ludovic

S’ACCEPTER et ACCEPTER LES AUTRES

Nous fonctionnons tous différemment : certains sont bavards, d’autres silencieux ; certains sont perfectionnistes, d’autres non perfectionnistes ; certains sont rapides, d’autres lents… Pour ma part, je suis plutôt silencieux, et les incorrigibles bavards me gênaient. Je suis plutôt rapide, et je jugeais assez sévèrement les personnes lentes. Aujourd’hui, j’ai appris à comprendre et à apprécier les bavards ou les personnes qui ont un rythme différent du mien.

En apprenant à accepter les différences, sans chercher à changer les autres (qui ne changeront que pour eux-mêmes, parce que c’est leur intérêt) ou à les juger, j’ai fait un grand pas vers l’acceptation des autres.

J’ai bâti la première partie de ma vie en fonction du regard de l’autre : je devais être sérieux, dynamique, performant… conformément au personnage que je m’étais créé.

Je croyais m’être libéré de cette habitude, mais la réalité m’a rattrapé. Récemment, Valérie, ma femme, pétillante et très en forme comme à son habitude, a eu envie de danser : elle m’a pris par la taille et, plutôt que de me laisser aller, je me suis raidi en me demandant : « Mais, que vont penser les enfants ? »… Même au fond de la cuisine, je me soucie du qu’en dira-t-on ! Décidément, j’ai encore du travail pour arrêter de me prendre trop au sérieux et pour accepter mes imperfections.

Se libérer du jugement commence par se libérer de petites problématiques quotidiennes, comme une contrariété, un geste, une parole malheureuse…

Et vous, acceptez-vous les différences ?

Bonne journée,
Ludovic

FAITES CONFIANCE en la PROVIDENCE

Le besoin de sécurité repose sur la peur de l’avenir. Mais la vraie sécurité réside dans la confiance absolue en la providence et dans l’acceptation de ce qui est.

Quand ma famille et moi avons déménagé de La Rochelle au Pays-Basque, nous avons mis notre maison en vente. Avec la contrainte de la rentrée scolaire de nos enfants, nous avions au maximum huit mois devant nous. Notre nouvelle demeure nous attendait au Pays-Basque, mais sans la vente de notre résidence principale de La Rochelle, nous ne pouvions pas réaliser son acquisition.

Les sept premiers mois, seulement trois visites ont eu lieu ! La clientèle était restreinte pour une maison de 550m², et mon inquiétude grandissait alors que Valérie restait totalement confiante et sereine : « Ne t’inquiète pas, elle sera vendue à temps ! », me répétait-elle. Et… le fils d’un des trois clients potentiels a demandé à visiter, et s’est positionné ! Il a acheté la maison au dernier moment, juste à temps pour organiser notre déménagement.

Trois ans plus tard, il n’habite toujours pas la maison et l’a remise en vente au bout d’un an. En quelque sorte, il nous a servi de banquier, ce qui était pour le moins inespéré ! Comme quoi, l’univers pourvoit à tout !

Et vous, avez-vous confiance en la providence ?

Bonne journée,
Ludovic

Prendre un TEMPS POUR SOI est indispensable !

Comme chacun d’entre nous le constate, le temps semble en effet s’accélérer dans le milieu professionnel : les réunions s’enchaînent, les mails s’échangent rapidement, et chaque minute de notre emploi du temps est occupée. Notre journée est ainsi remplie de petits problèmes à gérer.

En tant que dirigeant de mon groupe, j’étais sous pression constante, les rendez-vous se succédaient avec une grande rapidité (pas plus de trente minutes chacun !) et mon emploi du temps était plein plusieurs semaines à l’avance. Ce rythme ne laissait que très peu de place à l’improvisation et à la réflexion, pourtant nécessaires à la prise de décision juste.

J’étais toujours impatient et je demandais à mes interlocuteurs d’aller rapidement à l’essentiel. Cette hyperactivité, cette volonté de toujours aller de l’avant et toujours plus vite, se ressentait dans ma manière de parler et dans le rythme rapide de ma voix. Mon intellect et mon mental menaient la danse et le stress était omniprésent.

Mon hyperactivité m’avait en fait entraîné à meubler les vides. J’avais du mal à me retrouver avec moi-même, et j’utilisais les rares moments inoccupés de mon emploi du temps à lire : j’achetais des dizaines de livres par an, essentiellement des livres de développement personnel, ainsi que des revues, alors qu’en réalité, comme l’énonce si bien Alexandre Jollien dans Vivre sans pourquoi, « je peux lire dans chaque chose, chaque visage, chaque moment de l’existence, lire aux toilettes, lire sous la douche, lire en jouant avec les enfants, lire la vie… ».

Pour certains d’entre nous, le fait d’être débordés justifie de ne pas prendre le temps de nous poser sur ce qui nous semble essentiel et sur ce que nous voulons réaliser de notre vie : « je n’ai pas le temps, mais je vais m’y mettre bientôt… ». Pris par notre rythme de vie trépidant, nous manquons effectivement de temps pour nous retrouver avec nous-mêmes, pour réfléchir, pour découvrir nos passions, pour évoluer, pour travailler sur nous, pour faire bouger les choses…

Pour pallier la procrastination, il est nécessaire de prendre conscience de notre facilité à nous laisser déborder, d’avoir le courage de nous arrêter quelques instants pour remettre les choses importantes au cœur de notre vie.

Et vous, savez-vous prendre du temps pour vous ?

Bonne journée,
Ludovic

Faites une PAUSE pour revenir à l’ESSENTIEL

raison-d-etre

Si vous trouvez que votre vie manque de sens et que vous avez l’impression que tout s’enchaine en mode automatique, c’est peut-être le moment de faire une pause.

Pour y voir plus clair, je vous offre mon guide « Réussir Zen » pour identifier et réaliser votre raison d’être

Le voici en << téléchargement >>


Je vous souhaite le meilleur !
Ludovic

Vivez-vous un amour SANS CONTREPARTIE ?

L’amour véritable est un amour sans attente et sans contrepartie. Dans l’amour égoïque – lié à l’égo, à l’inverse de l’amour véritable -, on recherche un état de bien-être superficiel, un état d’euphorie. On est attaché à l’autre. Je suis conscient que je suis encore loin du pur amour désintéressé, mais les choses évoluent progressivement…

Au début de ma relation de couple avec Valérie, je suivais l’agitation de mon petit moi. J’ai dû progressivement passer à plus de présence, plus de vigilance, plus d’ouverture et d’attention pour dépasser cet état de fait.

Au départ, j’étais attaché à ma nouvelle possession (une belle femme). Je ne pouvais tolérer de la perdre et je la jugeais : « elle n’est plus comme ceci, comme cela, elle m’a fait ceci, elle m’a fait cela… ».

Quand mes démons revenaient (l’attachement, l’ego, l’amour intéressé, la possession…), je commençais par prendre conscience de mon agitation mentale, par l’observer et par respirer profondément. Progressivement, le calme apparaissait et une paix remplie d’amour se faisait jour. Une méditation régulière permet en effet d’installer une paix durable.

Et vous, vivez-vous un amour sans attente et sans contrepartie ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

CRÉONS UNE NOUVELLE RÉALITÉ

Certaines personnes avancent à juste titre que lorsqu’un événement horrible se produit, nous ne pouvons pas affirmer que tout est merveilleux. En effet, dire que les choses sont parfaites, c’est reconnaître qu’elles sont alignées sur ce qu’offre la vie à ce moment précis. Tout est parfait et a sa raison d’être, même si c’est horrible : malgré tout, il ressort toujours du positif (par exemple, après le tsunami de 2004 en Asie, une forte solidarité internationale s’est organisée en faveur des victimes). Comme me le disait ma grand-mère, qui était d’une grande sagesse : « Quelque chose de bon est sur le point d’arriver ». Ces paroles ont largement contribué à renforcer mon optimisme.

Nous pouvons donc observer que certains événements sont atroces, comme l’attentat qui a ensanglanté Nice en juillet 2016, et nous pouvons choisir de créer collectivement une autre réalité. Sur le plan individuel, c’est possible dès que nous changeons notre état d’esprit ; sur le plan collectif, c’est également possible lorsque la conscience collective change. Et chacun d’entre nous est un agent de ce changement.

La conscience collective est constituée de la somme des consciences individuelles. Le monde que nous vivons est le produit de la conscience collective : plus la conscience est élevée, plus le monde est équilibré et harmonieux.

Et vous, avez-vous changé votre état d’esprit pour créer une nouvelle réalité ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic