Utilisez-vous LE POUVOIR DE LA VISUALISATION pour lever les obstacles ?

Pour diminuer mon stress, je me visualise : calme, détendu, heureux, et en paix… Je ne pense pas à la façon de m’y prendre, mais je visualise et je ressens l’attitude que je souhaite obtenir.

Pendant que j’écris par exemple, je visualise régulièrement mon livre terminé et l’aide qu’il pourra apporter à certaines personnes. Et quand mon mental est trop agité, je fais le vide par une courte méditation pour tenter d’installer à nouveau ma vision positive.

Lorsque des obstacles se présentent sur notre chemin, la visualisation du résultat que nous souhaitons, nous permet de recevoir la solution au problème ou le moyen de relever le défi, à condition de rester calme et détendu.

Lorsque mes entreprises ont connu leurs premières difficultés, j’étais envahi par l’inquiétude et l’angoisse. J’étais incapable de percevoir la moindre solution. Progressivement, j’ai pris conscience de mes blocages et, quand une mauvaise nouvelle arrivait, je prenais quelques minutes pour recharger mon énergie dans la nature qui entourait nos bureaux. Dans ce contexte, je retrouvais un certain calme qui me permettait de me recentrer sur la visualisation de mon objectif et, comme par magie, des solutions commençaient à émerger du néant.

Et vous, utilisez vous le pouvoir de la visualisation pour lever les obstacles qui se présentent ?

Je vous souhaite une excellente journée,
Ludovic

APPRENDRE À MIEUX NOUS AIMER

La confiance en soi repose pour une large part sur l’amour, sur l’estime que nous nous portons. En apprenant à mieux nous aimer, nous parviendrons à améliorer l’image que nous avons de nous-mêmes et, de ce fait, notre confiance en nous. Un coach m’a un jour demandé si j’étais fier de moi… Euh, oui, mais… En fait, après réflexion, je ne me sentais pas fier de moi malgré ce que j’avais accompli. C’est en développant un sentiment de fierté par rapport à moi que j’ai commencé à mieux m’aimer.

Nous pouvons également identifier nos zones de confiance : il s’agit des domaines ou des parties de notre personnalité que nous aimons. En ce qui me concerne par exemple, j’ai toujours aimé créer et développer des projets en animant une équipe dans un esprit start-up.

Et vous, êtes-vous réellement fier(e) de vous ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic

VALORISEZ-VOUS VOS PROCHES ?

Lorsque j’étais enfant, les rencontres avec ma grand-mère – « Bonne-Maman » – étaient toujours d’une grande richesse. Je me sentais écouté et respecté. Cette femme avait la capacité de valoriser mes petits progrès. « Ludovic, tu as réussis de belles choses, tu as de belles qualités, je suis certaine que tu apporteras beaucoup aux autres. » Elle prenait du temps pour me raconter la vie de personnes ayant consacré leur existence aux autres : l’abbé Pierre, le père Gilbert, Mère Térésa… Je me sentais pleinement exister et j’avais envie, en la quittant, de réaliser de grandes choses.

En étant satisfaits, nous devenons en effet plus réceptifs aux autres, nous nous ouvrons à leur besoin et à leur ressenti. Nous nous permettons d’offrir notre potentiel de création à l’humanité, et nous ressentons alors au plus profond de nous, la joie d’apporter aux autres notre contribution.

Quand nous avons beaucoup reçu, nous nous sentons libres d’exprimer nos sentiments, en étant valorisés, confiants, nous nous épanouissons.

Et vous, valorisez-vous vos proches dès que vous le pouvez ?

Bonne journée,
Ludovic

Acceptez-vous les autres TELS QU’ILS SONT ?

Pour aimer les autres, il convient de les accepter tels qu’ils sont, avec leurs blessures, leurs différences, leurs faiblesses. Mais pour pouvoir aimer véritablement, il faut d’abord s’aimer soi-même et ne plus être dépendant du besoin d’être aimé. Et pour s’aimer soi-même, il est nécessaire de s’accepter tel que l’on est, avec ses qualités et ses défauts.

j’ai compris que, manquant d’amour pour moi, je cherchais à me faire aimer par les autres, y compris par ma femme Valérie. Réconcilié avec moi-même, ayant trouvé l’amour à l’intérieur de moi, je pouvais commencer à véritablement aimer l’autre.

Et vous, acceptez-vous les autres tels qu’ils sont ?

Belle journée,
Ludovic

PROFITEZ de la vie en prenant votre temps

L’enfant vit dans le moment présent. Il fait simplement confiance à la vie, sans se préoccuper du passé ou de l’avenir.

Combien de personnes se privent de plaisirs actuels pour une vie potentiellement meilleure dans le futur ? « Je travaille douze heures par jour, je prends peu de vacances, mais à la retraite, je vais en profiter »… J’ai malheureusement vu trop souvent des personnes qui, n’arrivant pas à la retraite, sont passées à côté de leur vie.

Le futur n’est jamais assuré. Prenons donc le temps de vivre le moment présent et d’en profiter pleinement.

Et vous, prenez-vous le temps de vivre ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic

Quelle est la PRIORITÉ : argent ou bonheur ?

Dans la première partie de ma vie professionnelle, j’ai confondu joie de vivre avec accumulation de biens matériels. Mon bonheur semblait lié à la puissance de mon véhicule ou à la superficie de ma maison, et j’étais plutôt bien loti dans ce domaine-là. Mais, même doté de la richesse matérielle, j’avais le besoin tout à fait ordinaire et commun d’aimer et d’être aimé.

De nombreuses personnes se sont rapprochées de ma femme Valérie et de moi non pour nos qualités humaines mais pour notre aisance matérielle. Nous avons beaucoup souffert de cette situation, qui est devenue beaucoup plus claire au moment des difficultés de mon groupe ! Nous avons alors perdu beaucoup d’amis, mais avons gagné en joie de vivre !

Et vous, quelle est la priorité de votre vie : argent ou bonheur ?

Bonne journée,
Ludovic

Vivez-vous un amour SANS CONTREPARTIE ?

L’amour véritable est un amour sans attente et sans contrepartie. Dans l’amour égoïque – lié à l’égo, à l’inverse de l’amour véritable -, on recherche un état de bien-être superficiel, un état d’euphorie. On est attaché à l’autre. Je suis conscient que je suis encore loin du pur amour désintéressé, mais les choses évoluent progressivement…

Au début de ma relation de couple avec Valérie, je suivais l’agitation de mon petit moi. J’ai dû progressivement passer à plus de présence, plus de vigilance, plus d’ouverture et d’attention pour dépasser cet état de fait.

Au départ, j’étais attaché à ma nouvelle possession (une belle femme). Je ne pouvais tolérer de la perdre et je la jugeais : « elle n’est plus comme ceci, comme cela, elle m’a fait ceci, elle m’a fait cela… ».

Quand mes démons revenaient (l’attachement, l’ego, l’amour intéressé, la possession…), je commençais par prendre conscience de mon agitation mentale, par l’observer et par respirer profondément. Progressivement, le calme apparaissait et une paix remplie d’amour se faisait jour. Une méditation régulière permet en effet d’installer une paix durable.

Et vous, vivez-vous un amour sans attente et sans contrepartie ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

ACCUEILLEZ-VOUS VOS ÉMOTIONS ?

Nous ne pouvons pas supprimer nos émotions mais nous pouvons les accueillir en les observant.

Pendant de nombreuses années, j’ai tenté de contrôler mes émotions douloureuses ; à certains moments, je me suis réfugié dans l’action pour éviter de ressentir la douleur. En me coupant de mon ressenti, je m’imaginais éviter cette douleur. Puis j’ai commencé à prendre le temps d’observer mes émotions…

En acceptant de ressentir la tristesse, l’inquiétude, les émotions négatives, en acceptant leur présence, mes tensions ont commencé à s’apaiser.

Je pratique systématiquement un exercice qui m’a été très bénéfique : plutôt que d’enchainer stressé les rendez-vous, je prends le temps de ressentir ce qui se passe en moi, pour prendre conscience de mon énervement ou de mon état émotionnel, en revenant à l’instant présent, en respirant profondément et en observant mes pensées.

Et vous, accueillez-vous vos émotions en les observant ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic

Avez-vous CONFIANCE en vous ?

J’ai mis un certain temps à identifier et à accepter le manque de confiance en moi, qui me faisait rechercher l’admiration des autres et expliquait mon besoin effréné de tout réussir (mes études, mes entreprises, mes projets…).

C’est ce manque de confiance en moi qui m’a, par exemple, poussé à vouloir gagner beaucoup d’argent. Ce sentiment, une fois reconnu et transformé, m’a aidé à devenir plus serein.

Et vous, avez-vous confiance en vous ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic