REMERCIER CE QUI NOUS ARRIVE, négatif ou positif

Lorsque l’expérience ne correspond pas à ma demande, je remercie malgré tout. Je me dis que ce résultat me réserve un cadeau qui ne m’est pas encore révélé. Par exemple, lorsqu’une banque a refusé le crédit de restructuration dont j’avais « absolument » besoin, j’ai remercié l’Univers et, quelques semaines plus tard, une solution beaucoup moins onéreuse m’est apparue.

J’ai remarqué que des événements passés qui, sur le moment, me paraissaient négatifs, se sont en fin de compte révélés positifs. Par exemple, ma première affaire, un parc de loisirs-restaurant-discothèque acheté en Normandie, ne m’a pas fait gagner d’argent et a été la source de nombreuses préoccupations. Mais il m’a permis de rencontrer la femme de ma vie et mère de mes cinq enfants.

Pour moi, tout mal entraine un bien. Nous pourrions aller jusqu’à remercier dès maintenant pour les événements négatifs qui nous atteignent, même si nous n’en avons pas encore la pleine compréhension.

Faire pleinement confiance à la vie et la remercier pour tout ce qui nous arrive, de positif ou de négatif, revient à suivre le mouvement de l’existence, sans chercher à lui résister.

Et vous, remerciez-vous les événements négatifs ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

Écrire pour être ZEN – L’écriture FAVORISE la GRATITUDE

Bonjour, je m’appelle Sana, je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Mercredi dernier, nous avons vu comment l’écriture permet de GARDER une trace DES FAITS. Aujourd’hui, voyons comment l’écriture FAVORISE la GRATITUDE.

« Merci ». Le vrai « merci » possède de nombreux pouvoirs. Pas celui que l’on dit machinalement lorsque quelqu’un nous tient la porte, ou nous donne la salière. Le « merci » adressé à la vie est source de bien-être.

Écrire chaque soir les trois expériences positives de notre journée sur un cahier nous rend enthousiaste, et reconnaissant.

Car focaliser sur le manque engendre le manque. Et écrire nos expériences positives, chaque jour, transforme notre routine quotidienne en bonheur. On a ainsi l’occasion de revenir sur le meilleur de nos journées, et de le noter précieusement.

Choisissez un carnet que vous pourrez emporter avec vous facilement.

Comment le remplir ? Chaque jour, relevez la date et notez par exemple :
– Ce qui vous a procuré une émotion positive : de la joie, de la gratitude, de l’émerveillement
– Ce que vous avez réalisé et dont vous retirez un sentiment de satisfaction
– Ou tout bien-être que vous avez ressenti…

L’objectif est de passer, comme l’exprime le philosophe et psychologue italien Piero Ferrucci « de l’âpreté – je veux ça – à la gratitude – je suis heureux de ce que j’ai ».

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.

Le soir, faites le plein de PENSÉES POSITIVE !

énergie-positive

Si nous avons eu des idées négatives au cours de la journée, la concrétisation ne serait pas à notre avantage, mais nous pouvons effacer nos pensées négatives et les remplacer par des pensées positives.

Neville Goddard recommande « qu’à la fin de la journée, avant d’aller au lit, vous passiez en revue tous les événements du jour. Si un événement ou un moment ne s’est pas déroulé comme vous le vouliez, visualisez-le autrement, sous un angle positif. En recréant les événements dans votre esprit, de la façon dont vous auriez aimé qu’ils se déroulent, vous effacez la fréquence que vous aviez syntonisée dans la journée, et vous émettez un nouveau signal, une nouvelle fréquence pour le lendemain. Vous créez ainsi intentionnellement de nouvelles images dans lesquelles s’inscrira votre avenir. Il n’est jamais trop tard pour modifier ces images ».

En ayant des pensées positives avant de s’endormir, les forces de la loi de l’attraction travaillent pendant notre sommeil.

Et vous, avant de vous endormir, faites-vous le plein de pensées positives ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic

La perception de soi

Tout être humain qui est aimé inconditionnellement par ses parents ou ses éducateurs pour ce qu’il est et non pour ce qu’il fait, développe une saine estime de lui-même.

Il entretient un sentiment de valeur et d’importance à ses propres yeux. Lors de mes retraites/ateliers PHÉNIX, je demande aux personnes qui assistent de compléter un test sur la dépendance affective et le résultat démontre que l’amour de soi est presque toujours déficitaire. Je reçois des gens très éduqués, des gens moins scolarisés et très peu ont une juste estime d’eux-mêmes. Ils ont une grande difficulté à s’apprécier et à prendre soin d’eux. Ce sont des personnes qui ont fui à travers des activités, leur travail, des achats, des possessions matérielles, des substances ou autres, afin de remplir leur vide intérieur.

Quelle est la cause de toutes ces fuites ? Bien souvent, c’est le manque d’intimité avec elles-mêmes, le manque d’écoute de soi, le non-respect de leur corps et le manque d’amour de soi qui en sont la cause. En ne s’accordant pas de temps de qualité, ces personnes ne peuvent identifier leurs besoins ou malaises dans le but de s’accueillir et ainsi trouver des réponses au vide intérieur qui les habite en permanence.

Tous ces manques entrainent infailliblement la personne à vivre des complexes, à adopter de fausses croyances limitantes et bientôt les personnages font leur apparition.

Un personnage prend toute la place dans l’ego, l’orgueil, les complexes causés par l’abandon, le rejet, la culpabilité, la rivalité, l’infériorité, la supériorité, la trahison, l’injustice, la honte de soi et autres. Lorsqu’on a appris depuis notre enfance à banaliser nos sentiments, à ne pas exprimer nos émotions et nos peurs, le personnage a développé un des plus populaires mécanismes de défense qui soit pour se couper de l’émotion et de sa vitalité: la castration.

La perception de soi fait prendre conscience des divers aspects de sa personnalité : traits physiques et psychologiques, qualités morales, besoins, acquis et ressources, capacités et limites, forces et faiblesses.

Ainsi, si on me demandait de décrire la perception que j’ai de moi-même actuellement, je dirais : « je suis un homme ; j’exerce la fonction conférencier ; j’ai la carrière d’enseignant ; je m’applique à être un bon communicateur ; quelque peu timide, j’aime pourtant les défis, je suis authentique, vulnérable et sensible à moi et à l’autre ».

Et je pourrais poursuivre de la sorte en énumérant les divers aspects de la personne que je suis devenue. Je reconnais comme miennes les qualités que mon entourage me renvoie. Toute fois, je ne suis pas tout à fait dépendant de l’appréciation d’autrui. Plus j’acquiers de la maturité, plus je découvre en moi, par la réflexion et l’expérience, d’autres qualités et aspects intéressants. En résumé, l’estime que j’ai bâtie de moi-même dépend à la fois de l’appréciation des autres et de la mienne.

Lorsqu’on s’aime réellement, qu’on s’approuve et qu’on s’accepte tel que l’on est, tout fonctionne dans la vie. C’est comme de petits miracles surgissant de partout.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Robert Savoie, conférencier et auteur des livres :  Se choisir ; AGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimer ; À chacun ses défisDeviens-tu c’que t’as voulu? (tomes 1, 2 & 3).
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Ecoutez voteur coeur au lieu de forcer les choses

Marqués par notre éducation, nous préférons souvent agir dans la force plutôt que d’être à écoute de notre coeur.

Je vous souhaite le meilleur
Ludovic