Le POUVOIR de la VISUALISATION

En imaginant notre vocation réalisée, nous sentons émerger un grand sentiment de plénitude et de bonheur. C’est là l’aspect le plus important de la création d’une vision : la projection du résultat final que nous souhaitons obtenir. Sans penser aux détails, nous visualisons, nous ressentons le rêve réalisé.

Les sportifs connaissent bien le pouvoir de la visualisation : les athlètes olympiques visualisent leur victoire, le moment où ils montent sur le podium. Mais la visualisation peut s’opérer en toute circonstance : résultats d’examen, réunion, conférence, modification d’un état émotionnel…

Notre subconscient enregistre les images chaque fois qu’on lui en offre ; il faut ensuite tout faire pour les matérialiser.

Dès que je débute un nouveau challenge, je visualise le résultat souhaité. Je suis vigilant sur le fait que l’objectif que je me fixe est réellement bon pour moi. Avec mon expérience, je pourrais facilement recréer des entreprises traditionnelles en visualisant leur succès et gagner de nouveau beaucoup d’argent. Mais je souhaite désormais développer uniquement des entreprises qui ont un sens profond pour moi. Et avant cela, j’ai choisi de continuer à travailler sur mon amélioration personnelle.

Et vous, utilisez-vous le pouvoir de la visualisation ?

Bonne journée,
Ludovic

Écrire pour être ZEN – Attitude gagnante (1/3) pour FAVORISER L’INSPIRATION

Bonjour, je m’appelle Sana, je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

« L’inspiration apporte sa gerbe, le métier en assortit les fleurs. » Anne Barratin ; De vous à moi (1892)

L’écriture, pour offrir ses belles fleurs, nécessite l’inspiration. Et l’inspiration elle-même requiert calme et lâcher prise pour se livrer. Je vous propose 3 attitudes qui peuvent libérer, et favoriser votre inspiration, votre créativité.

Voici aujourd’hui l’attitude gagnante 1/3.

Lâchez prise

La hantise de la feuille blanche, celle de ne pas savoir quoi écrire, les récits commencés avec enthousiasme mais abandonnés au bout de quelques pages : tels sont les tourments de celles et ceux qui écrivent. Mais, heureuse nouvelle : l’inspiration, la créativité se cultivent.

Rien ne sert de rester devant son écran, à regarder le curseur clignoter. Si vous sentez que les mots vous manquent, levez-vous et faites autre chose.

Rangez, arrosez vos plantes, lisez, écoutez votre musique favorite, passez un coup de fil à un proche, ressortez l’une de vos toiles et continuez à la peindre, sortez, baladez-vous dans un parc, ou regardez un film : car, il n’est pas exclu que ces petites actions ouvrent votre champ de créativité. Peut-être allez-vous tomber sur une scène, une personne, une musique, qui vont favoriser votre créativité.

Mercredi prochain, nous aborderons l’attitude gagnante 2/3 pour favoriser l’inspiration : Portez votre attention sur votre deuxième chakra.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.

ARGENT ET ALTRUISME

De plus en plus, les ressources s’orientent vers des idéaux plus nobles. L’argent doit en effet être utilisé au bénéfice de la vie, de notre planète et des générations futures.

L’argent est énergie de vie. Si notre seule intention est de garder le nôtre et de l’accumuler, nous empêchons cette énergie d’arriver dans notre vie. Au contraire, nous devons favoriser sa circulation.

En donnant à notre argent la couleur de notre âme, nous révélons aussi qui nous sommes, notre amour, notre cœur, notre parole et notre humanité.

Et vous, quelle est la place de l’altruisme dans votre vie ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

COMMENCER LA MÉDITATION

Mes débuts en méditation ont été très difficiles. J’étais un bien mauvais élève ! Je suis passé par de grands moments de découragement : « je n’y arriverai jamais, je suis lamentable, je n’arrive pas à me discipliner… ». J’avais de grandes difficultés à rester en place sans bouger plus de quelques secondes ou quelques minutes. J’avais toujours de bonnes raisons pour ne pas méditer. Mais, progressivement, je me suis familiarisé avec cette discipline à tel point que la méditation me manque si je ne la pratique pas ne serait-ce qu’une journée.

Aujourd’hui, je médite entre cinq et vingt minutes chaque matin. Certains jours, je ne parviens pas à calmer les remous de mon esprit ; d’autres jours, l’effet est immédiat et je ressens alors une grande paix s’installer en moi.

Et vous, avez-vous commencé à méditer ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic

Pourquoi se fixer des POINTS DE REPÈRES ? (partie 1/2)

Les points de repère que j’ai reçus dans ma vie sont semblables à bien positionner le siège de ma voiture dans le but de mieux conduire ma vie. Selon moi, nous avons tous besoin de points de repère pour avancer. Si nos seuls points de repère étaient des expériences négatives, nous ne pourrions pas avancer pour développer notre plein potentiel.

Développement

Mon père ne travaillait pas le dimanche. Il passait la nuit précédente à préparer le souper de famille du dimanche. Je me rappelle aussi les bons déjeuners que mes parents préparaient ensemble, les bons œufs cuits dans la graisse de bacon. L’odeur du pain grillé! C’est si réconfortant. Chaque fois que je sens cette odeur, elle me sécurise et me rappelle le bon temps passé en famille. Aujourd’hui, je répète ces mêmes points de repère. Par contre, j’achète le bacon précuit !

Les temps changent, mais les points de repère restent ancrés en nous lorsque nous cherchons le bon et le positif en chacun d’eux. Le plus drôle, c’est qu’après que tous mes frères étaient arrivés à la maison familiale, mon père allait se coucher ! Pour lui, il avait joué son rôle de père, c’est-à-dire de nous avoir tous réunis. C’était le mieux qu’il pouvait faire.

J’en comprends la raison aujourd’hui. Il ne pouvait pas donner quelque chose qu’il n’avait pas reçu. En effet, il allait se coucher après que nous étions tous arrivés à la maison, c’était le mieux qu’il pouvait nous offrir, faute d’avoir lui-même reçu de l’affection parentale. Sa mère est morte en lui donnant naissance, il pesait six kilos, elle n’a pas survécu à l’accouchement.

Le père de mon père a renié son fils à la suite de la mort de sa femme. Mon père a été placé dans des familles d’accueil. Il n’a pas connu l’amour d’une mère ni celui d’un père. Ses besoins affectifs n’ont pas été comblés. Mon père a vite cru que c’était sa faute si sa mère était morte. Il a été profondément blessé d’avoir été rejeté. Il est devenu très dominateur et destructeur envers lui-même. Il s’est créé des personnages puissants pour ne pas ressentir le rejet et l’abandon dont il a été victime dès sa naissance.

La peur d’être rejeté était tellement présente en lui, qu’il nous aimait sans le dire, sans nous le faire sentir parce que sa souffrance d’avoir manqué d’affection dès sa naissance était trop grande. Malgré ses personnages, il avait une sensibilité très présente et c’est ce point de repère qui m’a montré l’homme bon qu’il était.

Lorsque nous étions tous réunis en famille et que nous parlions de nos réussites sportives ou celles de notre travail, il avait les yeux pleins d’eau. Sa sensibilité était plus puissante que ses personnages. J’ai hérité de cette sensibilité et j’en suis très fier aujourd’hui, car c’est une de mes plus grandes forces. Je me laisse plonger dans ma puissance divine quand je touche à ma sensibilité.

J’ai été gâté pourri par ma mère. J’avais juste à prendre ma douche, à me brosser les dents, et ma mère ramassait tout derrière moi : mes vêtements au bout du lit, ma serviette que je laissais par terre dans la salle de bain. J’ai essayé d’agir ainsi avec ma conjointe et je dois vous avouer que ce point de repère a vite été mis de côté !!!

À mardi prochain pour la suite de cet article.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Robert Savoie, conférencier et auteur des livres :  Se choisir ; AGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimer ; À chacun ses défisDeviens-tu c’que t’as voulu? (tomes 1, 2 & 3).
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

J’ai décidé d’être UNE ENTREPRENEURE SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE

Se prendre en main pour créer sa propre activité

Christelle Tourrès est une entrepreneure sociale. Après la naissance de sa fille, elle se confronte à la difficulté de trouver du travail : pas de nounou, un corps de métier qui ne lui convient pas et une situation précaire… Christelle s’imaginait pas non plus repartir dans la grande distribution « je ne souhaitais pas me prendre la tête toute la journée, sur des têtes de gondoles et des déodorants ! ». Elle a alors décidé de prendre en main sa vie et de créer sa propre entreprise, une crèche innovante et écolo.

Lien vers la vidéo >>

Pour recevoir plus de vidéos inspirantes, inscrivez-vous à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, en remplissant le formulaire ci-dessous.