L’eau selon la naturopathie (partie 1)

raison-d-etre

Les médecines naturelles s’attachent tant à la quantité qu’à la qualité des apports hydriques, afin de prévenir la maladie et de potentialiser la santé.

De façon étonnante, l’être humain, à l’instar de sa planète nourricière, la Terre, est constitué d’environ trois quarts d’eau. Et sa proportion atteint même 85 % dans les tissus cérébraux ! C’est dire si ce précieux liquide est indispensable à toute forme de vie : sans eau, point de vie.

L’importance quantitative de l’eau dans notre corps est proportionnelle aux nombreuses fonctions qu’elle remplit afin que notre biologie fonctionne parfaitement bien. Les bons apports hydriques ainsi que les fonctions de l’eau sont probablement sous-estimés par la médecine conventionnelle.

Les apports hydriques

Pour le naturopathe, il est très important de maintenir au mieux l’intégrité des liquides biologiques nourriciers tels que le sang et la lymphe mais aussi des liquides à l’intérieur et à l’extérieur des cellules.

L’eau ingérée sert à la fois à approvisionner la fonction cellulaire comme à en éliminer ses déchets. Aussi, une diminution de l’apport quotidien en eau affecte l’efficacité du travail des cellules, lieu où se tient notre santé.

D’autre part, il est inutile de vouloir nettoyer ou drainer un organisme si les bons apports hydriques, qui serviront à éliminer les déchets vers l’extérieur, ne sont pas assurés.

L’eau et ses rôles divers

Au niveau des membranes cellulaires, l’eau agit comme une mini-centrale hydroélectrique. La différence de pression entre le milieu extérieur et le milieu intérieur de la cellule génère un mouvement de l’eau (phénomène de l’osmose). Tout mouvement crée de l’énergie. Celle-ci sera utile pour les cellules elles- mêmes.

L’eau peut être utilisée comme adhésif pour l’architecture de la cellule. Elle est également impliquée dans le transport des éléments qui circulent dans le sang (globules, éléments dissous : sodium, calcium, oxygène…) mais aussi des substances fabriquées par les cellules cérébrales et voyageant le long des nerfs.

L’eau intervient aussi dans la régulation de la température du corps par l’intermédiaire de la transpiration.

Enfin, l’activité des protéines et des enzymes est optimale si les besoins en apports hydriques sont respectés. Les dernières découvertes scientifiques dévoilent qu’il existe, au-delà des systèmes de communication que sont les systèmes nerveux, hormonal et endocrinien, un réseau hydrique. En fait, grâce à ses caractéristiques, l’eau permettrait à toutes les cellules de communiquer instantanément entre elles. L’eau serait la « toile » de notre biologie.

L’eau est ainsi impliquée dans un grand nombre de phénomènes de régulation et de communication à l’intérieur de notre corps.

L’eau insalubre tue

Un grand nombre de pays qui ne connaissent pas les moyens technologiques dont dispose l’Occident, comme l’assainissement, sont confrontés au grave problème des eaux insalubres. En effet, l’eau non potable est la première cause de mortalité dans le monde.

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’association Solidarités, ONG basée à Clichy, près de Paris, a rendu public un rapport qui montre que les maladies liées à l’eau insalubre et au manque d’hygiène provoquent chaque année la mort de 8 millions de personnes. Elle souligne que « 1,2 milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable et 2,6 milliards n’ont pas accès aux conditions élémentaires d’hygiène. »

L’eau insalubre véhicule de nombreuses épidémies comme le choléra, la typhoïde, l’hépatite. D’autres personnes meurent de la diarrhée, pourtant facilement traitée chez nous, qui tue à elle seule 1,8 million d’enfants par an, soit 5 000 chaque jour !

Samedi prochain, nous verrons la suite de cet article consacré à l’eau et la santé. Nous parlerons de la déshydratation et ses conséquences.

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

ACCEPTER DE CHANGER

Pour réaliser notre projet de vie, il sera peut-être nécessaire de modifier certains comportements, certaines habitudes, certaines croyances limitantes. Par exemple, j’avais pris l’habitude de déléguer de nombreuses tâches opérationnelles. J’ai dû changer cet état d’esprit et m’investir plusieurs heures de suite dans la rédaction de mon livre. Cette discipline, qui peut paraître facile à certains, a constitué pour moi un grand changement de comportement et de paradigme.

Pour modifier nos vieilles habitudes et en créer de nouvelles, adaptées à nos nouveaux choix, des experts en neurosciences expliquent que nous devons répéter le nouveau comportement pendant 21 jours. À l’issue de cette période, le nouveau comportement sera ancré dans notre subconscient.

Christine Lewicki s’est par exemple lancé le challenge d’arrêter de râler pendant 21 jours consécutifs. Elle en a fait un livre best-seller : J’arrête de râler.

De mon côté, pour apprendre à méditer en pleine conscience en vingt-et-un jours, je viens de terminer le programme numérique « Reconnexion » de François Lemay. Cette méthode invite chacun à imaginer un challenge qui lui permettra de s’améliorer, par exemple : 21 jours pour mieux célébrer la vie, 21 jours sans émettre de propos négatifs, 21 jours sans juger, 21 jours sans télévision…

Et vous, acceptez-vous de changer ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

Changer ses DÉPENDANCES en PRÉFÉRENCES

En refusant d’accepter la vie telle qu’elle se présente, je me rendais malheureux : rien n’était jamais assez bien, assez rapide, assez grand pour moi. Dans ma quête du toujours plus, j’étais incapable de célébrer ce qui était.

En lisant L’abondance véritable ? de Neale Donald Walsch, un déclic s’est produit en moi. L’auteur y explique que nous devons passer de la dépendance à la préférence dans notre manière de vivre.

Il y a certains éléments dont nous croyons avoir besoin. Neale Donald Walsch nous invite à examiner à quel point ils nous manqueraient si nous ne les obtenions pas sur le champ. Souvent, on s’aperçoit finalement que l’on s’en passe assez facilement : les dépendances deviennent des préférences.

Par exemple : lorsque je dirigeais mon groupe, j’avais un train de vie important. Une employée de maison s’occupait à plein temps de l’intendance et j’étais loin des préoccupations de la vie quotidienne : en dix ans, je n’ai pas dû aller faire les courses au supermarché plus d’une fois ou deux. Je ne m’imaginais pas pouvoir changer de style de vie sans éprouver un réel manque. Mais j’ai accepté ma nouvelle condition, en me passant notamment d’une employée de maison. Tout compte fait, j’ai fini par réellement apprécier la simplicité de cette vie nouvelle. J’ai pris conscience que je me passais très bien de ce qui me semblait pourtant indispensable.

Et vous, avez-vous des dépendances et êtes-vous prêts à vous en passer ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

Méthode d’organisation – 3 PIÈGES à éviter (#3)

« On passe à l’acte » vous propose 3 PIÈGES à éviter dans l’organisation de votre projet.

Vendredi dernier, nous avons vu le piège #2 : Pourquoi il ne faut JAMAIS faire CONFIANCE à son CERVEAU.
Voici aujourd’hui le troisième piège à éviter.

Piège #3 : Ne PAS se laisser ENVAHIR par sa BOÎTE MAIL

La clé de l’organisation c’est de pouvoir être joignable.

Créez votre boîte mail, qu’elle soit lisible avec différentes catégories :
– Principale : pour le plus urgent.
– Réseaux sociaux : pour vos interactions sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Cie.
– Notifications : pour les mails moins importants et automatiques en général.

Voilà, maintenant vous êtes presque prêts !

N’oubliez pas néanmoins, que seuls les mails urgents doivent être traités rapidement.

Ne laissez pas votre boîte mail prendre le dessus sur tout le reste. Et lorsque vous êtes sur un projet important : coupez vous de toute sollicitation extérieure pour quelques temps. À vous de jouer !

Relisez les 3 pièges à éviter :
Piège #1 : Ne PAS s’éparpiller
Piège #2 : Pourquoi il ne faut JAMAIS faire CONFIANCE à son CERVEAU
Piège #3 : Ne PAS se laisser ENVAHIR par sa BOÎTE MAIL (article sur cette page, ci-dessus)

Si vous souhaitez vous abonner à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, remplissez le formulaire ci-dessous.

Apprenez à suivre votre INTUITION

L’intuition peut être un guide de tous les instants. En nous plaçant dans le flot de la vie, elle nous amène à suivre son mouvement naturel : sans forcer les choses, nous nous trouvons au bon endroit au bon moment ; nous sentons les événements avant qu’ils ne se produisent. Car l’intuition se manifeste généralement de manière verbale : des messages nous dictent de faire ceci, de nous rendre à tel endroit, d’appeler telle personne… J’ai remarqué que l’intuition facilite toujours ce que nous entreprenons et nous guide vers le meilleur pour notre vie.

Après avoir introduit ma première société en bourse, j’ai décidé de la céder mais les acquéreurs potentiels pour ce type d’entreprise sont rares. Je ne trouve pas d’issue ! Pourtant, un dimanche matin, en me levant, je suis guidé vers un annuaire bancaire que je me rappelai avoir rangé dans une armoire quelques mois auparavant. Je le retrouve, et j’y découvre une liste de banques que je n’avais pas répertoriées avant… Je leur envoie un courrier et la vente se réalise avec l’un des contacts de l’annuaire un an plus tard pour douze millions d’euros !

Prenez donc un moment pour observer ce qui, dans votre quotidien, vous pousse à agir : est-ce la raison ? l’obligation ? ou bien l’intuition qui arrive sans qu’on ait pu la prévoir ?

Et vous, vous laissez-vous guider par votre intuition ?

Je vous souhaite une excellente journée,
Ludovic

4 étapes pour mieux gérer son temps

4-habitudes

Voici 4 stratégies pour vous motiver à passer à l’action afin d’accomplir ce que vous désirez vraiment !

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, je vous invite à vous inscrire à ma formation gratuite « 4 habitudes pour réussir tous vos projets ».

Accès à la formation via ce lien

Je vous souhaite le meilleur

Ludovic

Les 4 étapes pour commencer à écrire – Partie 2/2

Bonjour, je m’appelle Sana (www.SanaSecretsOfShine.com), je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Commencer à écrire : pour beaucoup, cela relève d’un sommet à escalader. Mais, écrire s’apprend et plusieurs attitudes sont favorables à l’écriture. Je vous propose 4 étapes pour y parvenir. Nous avons vus mercredi dernier, les 2 premières étapes : 1. Lire beaucoup et 2. Trouver un endroit propice. Voici aujourd’hui les étapes 3 et 4.

Étape 3 : La plume ou l’ordinateur

En commençant à écrire, soyez attentif à l’outil qui vous procure le plus de plaisir. Peut-être allez-vous aimer vous procurer un joli stylo-plume et écrire dans un cahier que vous aurez préalablement personnalisé. Peut-être allez-vous préférer la simplicité d’un feutre, et d’un cahier de brouillon. A moins que vous ne soyez un adepte de l’ordinateur, et que vous prenez plaisir à voir le curseur se déplacer !

Étape 4 : Faites des recherches

Enfin, je vous conseille, avant d’écrire, de faire des recherches autour des thèmes qui vous passionnent. Lisez sur plein de supports différents : magazines, blogs, journaux, publications des réseaux sociaux, pour enrichir votre point de vue sur la question. L’écriture n’en sera que meilleure.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.