Intolérances et allergies – Que dit la NATUROPATHIE ? (partie 2/6)

Plus d’un Français sur trois souffre d’allergie et près d’un sur deux d’intolérance alimentaire. Ce chiffre aurait doublé au cours des quinze dernières années. Quelles en sont les causes et comment pouvons-nous agir en dehors des traitements symptomatiques proposés par la médecine classique ?

Samedi dernier, nous avons vu des généralités sur les intolérances et les allergies. Développons maintenant le sujet.

Les intolérances alimentaires

L’intolérance peut être due soit à une insuffisance d’enzymes digestives, soit à une hypersensibilité à certains composés des aliments, des boissons, voire des additifs alimentaires. Cette hypersensibilité s’apparente aux allergies dans le sens où les symptômes peuvent être confondus : nausées, diarrhées, crampes d’estomac.

Les manifestations de l’intolérance alimentaire sont très souvent liées à la dose ingérée : passé une certaine quantité d’un aliment allergène, le corps réagit, alors qu’une simple petite particule de ce même aliment peut générer une forte réaction dans le cas de l’allergie.

L’intolérance au lactose, le sucre du lait, est courante et en constante progression. Elle est due à une absence ou à une insuffisance de la lactase, enzyme qui permet normalement de digérer le lactose. Les fromages étant moins riches en lactose, ils posent donc moins de problèmes pour l’intolérant.
L’intolérance au gluten, issu de certaines céréales (blé, avoine, seigle et orge), devient également de plus en plus fréquente. Elle est compliquée à gérer car celui-ci est présent partout (pain, pâtes, pizza, biscuits, viennoiseries,
sauces…). Il donne chez l’intolérant des troubles intestinaux.

A ne pas confondre avec la maladie cœliaque, intolérance sévère entraînant une intoxication au gluten avec des réactions immunitaires très importantes.
Il existe également des intolérances aux protéines des œufs de poule. Le plus souvent, c’est l’ovalbumine, protéine majoritaire contenue dans le blanc, qui est mal tolérée. Cette intolérance peut évoluer vers une allergie aux œufs, notamment chez les jeunes enfants, qui sont les plus vulnérables. Dans le cas de parents atopiques, il est important d’introduire les œufs de poule le plus tard possible dans l’alimentation.

L’intolérance est plus fréquente et moins grave que l’allergie. Elle évolue souvent avec l’âge. Selon la British Allergy Foundation, 45 % de la population européenne et américaine souffriraient d’intolérance. Son expression se limite souvent à des troubles gastro-intestinaux, mais des infections ORL à répétition, des douleurs articulaires ou des maux de tête peuvent être en lien avec des intolérances persistantes ou mal détectées.

Au début du processus, les réactions de l’organisme sont souvent discrètes et distantes de l’absorption du ou des aliments concernés. Toutefois, il est important de prendre en compte ce signal d’alerte envoyé par notre corps qui indique une réaction à certaines substances alimentaires ou à certains additifs. Faute de cela, la paroi de l’intestin peut s’abîmer, entraîner des troubles comme le syndrome du côlon irritable, voire laisser passer des morceaux d’aliments non digérés et entraîner de vraies allergies.

L’intolérance nécessite donc une éviction totale ou partielle de l’aliment incriminé pendant quelques mois afin de rendre à nouveau fonctionnel le système digestif.

Samedi prochain, nous continuerons cet article et aborderons le sujet des allergies et des allergies alimentaires.

Alain HUOT

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

Vivez-vous CONSCIEMMENT ?

Notre mode de vie contemporain nous pousse à la dispersion. Nous sommes en permanence interrompus par un flot continu d’appels, d’e-mails, de sms, et nous avons pris l’habitude de sauter d’un sujet à un autre, d’une activité à une autre. J’avais par exemple pris l’habitude de répondre le plus rapidement possible aux nombreuses sollicitations dont j’étais l’objet.

Nous avons souvent la tentation de faire plusieurs choses en même temps. J’étais un champion de cet exercice : je mangeais en travaillant, je téléphonais en marchant ou en conduisant, je me rasais en pensant à la journée qui m’attendait. Et pendant de nombreuses années, j’ai vécu tel un robot, préoccupé, tendu, stressé…

Et vous, vivez-vous consciemment ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

TOUT À T-IL UN SENS ?

J’ai souvent constaté que tout a un sens bien précis, que chaque chose est à sa juste place et arrive au bon moment, même si les apparences peuvent indiquer le contraire.

Par exemple, je ne comprenais pas pourquoi nos hôtels de La Rochelle et de l’Île de Ré ne se vendaient pas. J’ai compris récemment que ce n’était simplement pas le bon timing : si ces établissements s’étaient vendus, j’aurais utilisé l’argent de manière inadaptée en repartant dans mes anciennes activités. J’ai maintenant la conviction que la vente se fera quand le moment sera venu.

Selon la physique quantique, tout est déjà là. Lorsque les conditions sont réunies, la réalité physique se manifeste en relation avec notre conscience et nos pensées. Nous pouvons donc nous en remettre totalement à l’Univers : tout est parfait et arrive comme il se doit !

Et vous, pensez-vous que tout a un sens bien précis ?

Bonne journée,
Ludovic

Méthode d’organisation – 3 PIÈGES à éviter (#3)

« On passe à l’acte » vous propose 3 PIÈGES à éviter dans l’organisation de votre projet.

Vendredi dernier, nous avons vu le piège #2 : Pourquoi il ne faut JAMAIS faire CONFIANCE à son CERVEAU. Voici aujourd’hui le troisième piège à éviter.

Piège #3 : Ne PAS se laisser ENVAHIR par sa BOÎTE MAIL

La clé de l’organisation c’est de pouvoir être joignable.

Créez votre boîte mail, qu’elle soit lisible avec différentes catégories :
– Principale : pour le plus urgent.
– Réseaux sociaux : pour vos interactions sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Cie.
– Notifications : pour les mails moins importants et automatiques en général.

Voilà, maintenant vous êtes presque prêts !

N’oubliez pas néanmoins, que seuls les mails urgents doivent être traités rapidement.

Ne laissez pas votre boîte mail prendre le dessus sur tout le reste. Et lorsque vous êtes sur un projet important : coupez vous de toute sollicitation extérieure pour quelques temps. À vous de jouer !

Si vous souhaitez vous abonner à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, remplissez le formulaire ci-dessous.

Et si vous étiez INDIFFÉRENT au REGARD de L’AUTRE

Rappelons-nous que, de toute manière, nous ne plairons jamais à tout le monde… Un enseignant spirituel de Bali m’a aidé sur ce point : une fois qu’il prenait une décision, il savait qu’il ne pouvait pas faire l’unanimité mais l’opinion des autres et la critique de certains lui étaient totalement indifférentes.

Et vous, êtes-vous influencé par le regard des autres ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

Comment augmenter sa RENTABILITE locative ?

investir

Pour booster vos revenus locatifs, avez-vous pensé à diviser votre bien ?

C’est l’action qui vous permettra de changer de vie. En effet, toute chose égale par ailleurs, les pensées vous seront insuffisantes si elles ne sont pas suivies d’actions concrètes.

Pour beaucoup de personnes, l’investissement immobilier fait peur. Elles ne sentent pas capables de passer à l’action et encore moins de réussir leur premier investissement. Ce manque de confiance en leurs qualités les bloque littéralement dans leur envie d’investir.

Si vous souhaitez développer le bon état d’esprit pour réussir dans l’immobilier, je vous invite à télécharger mon GUIDE PRATIQUE : il est gratuit et, je l’espère, il vous aidera à acquérir la liberté financière

RÈGLE D’OR #3 pour un article inspirant – Sonder au plus profond de soi pour illustrer son propos

Bonjour, je m’appelle Sana, je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Je vous propose 7 règles d’or pour écrire un article inspirant et percutant. Nous avons vu mercredi dernier, la Règle d’or n°2 : Définir une problématique et dégager un plan. Voici aujourd’hui la règle d’or n° 3.

Sonder au plus profond de soi pour illustrer son propos

A présent, vous avez un plan et avant de passer à la rédaction, je vous conseille de prendre du temps pour questionner votre sujet en fonction de vos propres valeurs.

Qu’est-ce que la méditation pour vous ? Quelle est votre histoire personnelle vis-à-vis d’elle ? Aimez-vous vraiment méditer ? Trouvez-vous cette activité lassante, inintéressante ? Si oui, pourquoi ?

Je sais pour ma part que j’ai toujours été une enfant calme, observatrice, curieuse, qui adorait passer du temps à regarder le ciel, les animaux, les arbres.

A l’âge adulte la méditation s’est présentée à moi naturellement, et j’apprécie de passer du temps avec moi-même pour mieux être avec les autres.

J’ai d’ailleurs souvent besoin de ces parenthèses dans mon quotidien. Petite, je voyais ma mère assise en tailleur, en fermant les yeux, et je l’imitais mes yeux à demi fermés comme pour ne pas rater quelque chose.

Ainsi, cette étape de questionnement interne est essentielle car elle va vous permettre d’écrire en fonction de ce qu’il vous semble le plus juste, et non en fonction de l’avis des autres.

Si vous avez toujours été hyperactif et que vous abhorrez l’idée de ne rien faire durant quelques minutes, vous avez entièrement le droit, et vous pouvez l’exprimer dans votre rédaction.

Vos lecteurs ne vous en seront que reconnaissants d’avoir eu la probité, l’honnêteté de l’énoncer.

À suivre mercredi prochain : Règle d’or n° 4 – L’étape de rédaction

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.