APPRENDRE À DEMANDER – Pleine conscience avec François Lemay

Je vous partage dans cette courte capsule d’inspiration Une petite vite en pleine conscience, l’importance d’apprendre à demander. L’avez-vous oublié ?

Lien vers la vidéo >>

Inscrivez-vous aux « Petites Vites », c’est gratuit : une-petite-vite.com

Pour en savoir plus sur les différents services offert par François :
Académie de pleine conscience Kaizen : http://academiekaizen.com/
Le grand mouvement de conscience sociale Inspire-toi : http://www.inspiretoi.ca/

Pour rester informé des programmes de pleine conscience de François Lemay, remplissez le formulaire ci-dessous.

Apportons NOTRE CONTRIBUTION au monde

Oui, notre contribution peut être modeste, uniquement perceptible dans le cercle privé ou beaucoup plus large, mais chacun de nous a quelque chose à apporter au monde !

Quelle que soit notre origine, nous sommes sur terre pour nous réaliser, pour réaliser nos rêves, et nous avons tous la possibilité de le faire. Nous avons tous au fond de nous un projet de vie, quelque chose qui exprime la meilleure version de nous-mêmes (notre plein potentiel). Notre mission de vie consiste à nous connecter constamment à ce qu’il y a de plus fort, de plus grand et de plus noble dans le monde.

Chacun d’entre nous exprime son don de manière différente. Aussi, apporter sa contribution au monde peut prendre des formes innombrables : faire de sa peinture son activité principale pour un ancien comptable qui s’ennuyait dans son travail ; éduquer les enfants avec une pédagogie basée sur le savoir-être comme le fait l’école Living School ; s’occuper d’enfants handicapés ; réaliser des actions de reboisement dans le monde entier, comme le fait Nicolas Métro avec sa société Kinomé.

Et vous, exprimez-vous le meilleur de vous-même afin d’apporter votre contribution à notre monde ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic

Intolérances et allergies – Que dit la NATUROPATHIE ? (partie 2/6)

nature

Plus d’un Français sur trois souffre d’allergie et près d’un sur deux d’intolérance alimentaire. Ce chiffre aurait doublé au cours des quinze dernières années. Quelles en sont les causes et comment pouvons-nous agir en dehors des traitements symptomatiques proposés par la médecine classique ?

Samedi dernier, nous avons vu des généralités sur les intolérances et les allergies. Développons maintenant le sujet.

Les intolérances alimentaires

L’intolérance peut être due soit à une insuffisance d’enzymes digestives, soit à une hypersensibilité à certains composés des aliments, des boissons, voire des additifs alimentaires. Cette hypersensibilité s’apparente aux allergies dans le sens où les symptômes peuvent être confondus : nausées, diarrhées, crampes d’estomac.

Les manifestations de l’intolérance alimentaire sont très souvent liées à la dose ingérée : passé une certaine quantité d’un aliment allergène, le corps réagit, alors qu’une simple petite particule de ce même aliment peut générer une forte réaction dans le cas de l’allergie.

L’intolérance au lactose, le sucre du lait, est courante et en constante progression. Elle est due à une absence ou à une insuffisance de la lactase, enzyme qui permet normalement de digérer le lactose. Les fromages étant moins riches en lactose, ils posent donc moins de problèmes pour l’intolérant.
L’intolérance au gluten, issu de certaines céréales (blé, avoine, seigle et orge), devient également de plus en plus fréquente. Elle est compliquée à gérer car celui-ci est présent partout (pain, pâtes, pizza, biscuits, viennoiseries,
sauces…). Il donne chez l’intolérant des troubles intestinaux.

A ne pas confondre avec la maladie cœliaque, intolérance sévère entraînant une intoxication au gluten avec des réactions immunitaires très importantes.
Il existe également des intolérances aux protéines des œufs de poule. Le plus souvent, c’est l’ovalbumine, protéine majoritaire contenue dans le blanc, qui est mal tolérée. Cette intolérance peut évoluer vers une allergie aux œufs, notamment chez les jeunes enfants, qui sont les plus vulnérables. Dans le cas de parents atopiques, il est important d’introduire les œufs de poule le plus tard possible dans l’alimentation.

L’intolérance est plus fréquente et moins grave que l’allergie. Elle évolue souvent avec l’âge. Selon la British Allergy Foundation, 45 % de la population européenne et américaine souffriraient d’intolérance. Son expression se limite souvent à des troubles gastro-intestinaux, mais des infections ORL à répétition, des douleurs articulaires ou des maux de tête peuvent être en lien avec des intolérances persistantes ou mal détectées.

Au début du processus, les réactions de l’organisme sont souvent discrètes et distantes de l’absorption du ou des aliments concernés. Toutefois, il est important de prendre en compte ce signal d’alerte envoyé par notre corps qui indique une réaction à certaines substances alimentaires ou à certains additifs. Faute de cela, la paroi de l’intestin peut s’abîmer, entraîner des troubles comme le syndrome du côlon irritable, voire laisser passer des morceaux d’aliments non digérés et entraîner de vraies allergies.

L’intolérance nécessite donc une éviction totale ou partielle de l’aliment incriminé pendant quelques mois afin de rendre à nouveau fonctionnel le système digestif.

Samedi prochain, nous continuerons cet article et aborderons le sujet des allergies et du système immunitaire.

Alain HUOT

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

Méthode d’organisation – 3 PIÈGES à éviter (#1)

« On passe à l’acte » vous propose 3 PIÈGES à éviter dans l’organisation de votre projet.

Piège #1 : Ne PAS s’éparpiller

La première chose à laquelle vous devez faire attention, c’est de ne pas vous éparpiller.

Le cerveau ne peut pas se concentrer très longtemps. Pour optimiser vos capacités, centralisez votre organisation en un seul endroit.

Ne vous éparpillez pas à travers des post-its, des feuilles volantes, des notes, des mails ou des agendas. Centralisez vos information : ayez vos listes d’actions et d’informations toujours avec vous, regroupées au même endroit.

À suivre vendredi prochain – Piège #2 : Pourquoi il ne faut JAMAIS faire CONFIANCE à son CERVEAU

Si vous souhaitez vous abonner à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, remplissez le formulaire ci-dessous.

RESTONS NOUS-MÊME

confinement

Rencontrer pour la première fois une personne publique me stressait profondément. Dans le cadre de mes activités, j’ai dû rencontrer plusieurs députés, sénateurs, anciens ministres ou préfets. À chaque fois, je jouais un personnage et je n’étais absolument pas naturel.

Peu de gens savaient réellement qui j’étais avant le lancement de mon blog. Je me livrais difficilement et je jouais mes personnages. J’ai dû faire un effort pour accepter de me mettre à nu, avec mes forces et mes faiblesses. J’étais conscient qu’en étant pas totalement moi-même, je ne pourrai pas aider les autres en les faisant bénéficier de mes expériences.

Et vous, optez-vous pour le naturel lors de vos rencontres ?

Bonne journée,
Ludovic

SAVEZ-VOUS TROUVER LA JOIE EN AIDANT LES AUTRES ?

Pour découvrir mon chemin, j’ai entrepris un travail de remémoration : je me suis interrogé sur les instants de pure joie et de pur bonheur que j’avais connus depuis le début de ma vie professionnelle. Cela m’a renvoyé à des moments où j’avais, de manière sincère et sans intérêt particulier, aidé des personnes à se révéler à elles-mêmes, à prendre conscience du potentiel enfoui en elles et des belles choses qu’elles pourraient réaliser, à se dépasser.

Il y a une quinzaine d’années, j’ai notamment vécu cette expérience au Sénégal, lorsque que nous avons financé la création d’entreprise d’un jeune Sénégalais.

Valérie, les enfants et moi faisions du quad dans la brousse et avons sympathisé avec un jeune guide qui rêvait de créer sa société de location de quad. Après réflexion, nous avons décidé de financer son rêve. Malgré les difficultés, nous avons vécu avec lui une expérience humaine très riche, dont nous sommes ressortis grandis.

Et vous, savez-vous trouver la joie en aidant les autres ?

Je vous souhaite une bonne journée,
Ludovic