L’eau selon la naturopathie (partie 2) – La déshydratation et ses conséquences

raison-d-etre

Les médecines naturelles s’attachent tant à la quantité qu’à la qualité des apports hydriques, afin de prévenir la maladie et de potentialiser la santé.

Samedi dernier, nous avons vu en introduction de cet article, les divers rôles que joue l’eau sur notre organisme. Parlons maintenant de la déshydratation.

La déshydratation et ses conséquences

En Occident, c’est par méconnaissance et par pression des lobbies agroalimentaires qui poussent le consommateur à ingurgiter des eaux bicarbonatées, le plus souvent saturées en sucre, que grand nombre de nos contemporains souffrent des conséquences de la déshydratation.

La sensation de « bouche sèche » est le dernier des signes à survenir à la suite d’un manque d’eau. Lorsque ce signal apparaît, de nombreux autres signaux, voire de dommages, peuvent avoir déjà apparu. Par ailleurs, la tendance à la déshydratation augmente avec les années. Pour preuve, parmi les victimes de la canicule de 2003, nombre d’entre elles étaient âgées et déjà fragilisées par un manque d’apport en eau.

On ne parle peu, dans les traités médicaux, de l’histamine, un médiateur chimique du cerveau, qui joue un rôle des plus importants : c’est elle qui coordonne l’absorption de l’eau dans le corps et règle les problèmes de déshydratation.

L’hypersécrétion de ce médiateur est très souvent impliquée dans les douleurs chroniques, comme les douleurs rhumatismales. Ces douleurs seraient un moyen d’expression de l’intelligence de notre corps qui crie son besoin en eau.

Chez d’autres sujets, un taux d’histamine élevé pourra favoriser des terrains allergiques, asthmatiques ou migraineux.

Traiter ces maux avec des analgésiques ou des antihistaminiques, réponse classique en allopathie, alors que la cause est le manque d’eau, est une aberration qui ne fera que masquer la réelle cause de la souffrance. Pire, la prise régulière de ces molécules de synthèse provoque souvent des effets secondaires.

Samedi prochain, nous verrons la suite de cet article consacré à l’eau et la santé et détaillerons les effets secondaires de la déshydratation.

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

J’ai décidé D’UNIR LES MOTS ÉCOLOGIE, ÉCONOMIE ET SENS pour contribuer à BÂTIR UN MONDE MEILLEUR

Mettre ses compétences au service de projets plus humanistes

Après avoir survécu à une tumeur cérébrale qu’il qualifie de « burn out », Guibert del Marmol a changé sa vision du monde et de la vie. Il livre ici son témoignage de sagesse et de philosophie, recuelli par Véronica Rocha, de Véro Tv : http://vero-tv.com/

Lien vers la vidéo >>

Démarrer un blog – 4 peurs qui vous empêchent de vous lancer (2/2)

Bonjour, je m’appelle Sana (www.sanasecretsofshine.wordpress.com), je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Vous lisez beaucoup d’articles sur internet, et de pages en pages, vous vous dites que vous aussi vous avez du contenu à partager, des choses à écrire. Mais, une voix dissonante vous en empêche…

Mercredi dernier, nous avons vu les 2 premières peurs qui vous freinent : 1. Je n’ai pas la compétence technique – 2. Je ne suis pas légitime.

Voici aujourd’hui, les 2 autres peurs.

3. « Je n’aurai pas le temps de l’alimenter »

Rien ne vous oblige dans un premier temps à poster des articles régulièrement. C’est vous qui décidez de la périodicité de vos publications. Et cerise sur le gâteau : dans vos moments de grande créativité, vous pouvez écrire, et choisir de publier votre contenu au fil de l’eau. N’est-ce pas génial ? En outre, en étant passionné, je peux vous assurer que vous ne verrez pas le temps passer. Analysez votre agenda, réfléchissez au déroulé de vos journées, et organisez-vous de sorte de consacrer ne serait-ce qu’une demi-heure par jour à votre blog. Vous verrez qu’en accordant, un peu de temps, régulièrement, à votre espace : il grandira, jour après jour.

Tenir un blog nécessite certes une organisation, et si cela est votre priorité, faites en sorte de ne pas « dilapider » votre temps libre.

4. « Je veux qu’il soit parfait « 

« Il faut d’abord que je définisse ma ligne éditoriale, que j’achète un template et un nom de domaine, que j’installe une newsletter, que je rédige une dizaine d’articles, que je me procure un appareil photo, avant de me lancer non ? ».

Si vous attendez de remplir les 1000 conditions décrétées par votre esprit, vous ne vous lancerez jamais. Bloguer n’est jamais une aventure aboutie, et c’est pour cela qu’elle est passionnante. Vous n’aurez jamais un blog parfait, car la perfection n’existe que dans votre esprit.

Faites-en sorte de démarrer un blog qui vous ressemble, vous aurez tout le loisir de le modifier, de le peaufiner, et de vous professionnaliser. L’essentiel est de vous lancer, maintenant. Commencez. Inscrivez-vous sur une plateforme de blogging. Dans quelques minutes, vous serez fier d’avoir franchi le cap.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.

Méthode d’organisation – Clé #5 : Pourquoi l’ÉMOTIONNEL est-il l’ENNEMI de l’organisation ?

« On passe à l’acte » vous propose 7 clés fondamentales d’organisation pour la construction de votre projet. Vendredi dernier, nous avons vu la clé n° 4 : Comment aider votre CERVEAU à mieux S’ORGANISER ? Voici aujourd’hui la clé n°5.

Pourquoi l’ÉMOTIONNEL est-il l’ENNEMI de l’organisation ?

Dans un projet, chaque tâche, chaque action est importante. Même les moins plaisantes.

Détachez-vous de vos émotions et adoptez la rigueur qui s’impose en traitant toutes les tâches nécessaires à l’aboutissement de votre projet.

Priorisez par ordre d’importance et non par affinité avec la tâche à réaliser.

À suivre vendredi prochain – Clé n°6 : Se donner un CAP et les MOYENS d’y parvenir

Si vous souhaitez vous abonner à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, remplissez le formulaire ci-dessous.

Pourquoi se fixer des POINTS DE REPÈRES ? (partie 2/2)

Les points de repère que j’ai reçus dans ma vie sont semblables à bien positionner le siège de ma voiture dans le but de mieux conduire ma vie. Selon moi, nous avons tous besoin de points de repère pour avancer. Si nos seuls points de repère étaient des expériences négatives, nous ne pourrions pas avancer pour développer notre plein potentiel.

Nous avons vu mardi dernier,  les points de repères de mon enfance. Abordons maintenant cela sur le plan de la spiritualité (sans parler de religion).

Spiritualité : MES POINTS DE REPÈRE

Je crois en une Force suprême : un Dieu, ma Source, mon Énergie divine. Appelez-la comme bon vous semble. J’aimerais vous parler de mon oncle Fred. Il m’a montré la voie, sa voie… À l’âge de sept ans, il m’a donné une petite bible rouge. Un cadeau précieux pour moi. À l’âge de seize ans, alors que j’étais ivre, en rêvant que j’étais à la salle de bain, j’ai ouvert le tiroir de mon bureau et uriné sur la bible, sans faire exprès, j’étais inconscient de ce que je faisais… J’ai dû la jeter… j’ai beaucoup regretté mon geste. Ce point repère que mon oncle m’a transmis quand j’avais sept ans me suit encore aujourd’hui.

Comment ai-je pu vivre en endurant toutes ces souffrances?

J’ai construit des personnages pour ne pas me regarder dans le miroir et être ainsi forcé de me responsabiliser. J’ai vécu des abus et de la violence. J’ai consommé des substances. J’ai enduré la maladie et fait quatre tentatives de suicide parce que j’avais trop mal à l’intérieur, Le mal de vivre. Comment pourrait-on m’expliquer que lors de ma quatrième tentative, j’ai pris tellement de coumadin que cette quantité aurait pu tuer un cheval ? Vous allez me dire après cela qu’il n’y a pas quelque chose de plus grand que soi ? La foi, c’est quelque chose de personnel.

ATTENTION : il y a une différence entre la religion et la spiritualité. Aujourd’hui, je vous parle de spiritualité. Nous ne savons plus communiquer et, pourtant, nous sommes à l’ère des communications le monde virtuel, l’électronique, les iPods, les textos, les réseaux sociaux. Tout cela ne nous permet pas d’échanger davantage, de parler pour vrai en nous regardant dans les yeux. Au resto, les familles passent leur temps à faire des texos. Nous ne sommes plus en relation. À l’arrêt d’autobus, on se disait bonjour alors que maintenant, nous ne nous levons même plus la tête pour saluer les gens. Nous accordons plus d’importance aux textos, au virtuel, qu’aux membres de nos familles. Toute une fuite! Pire encore, personne ne veut le voir, c’est devenu la norme.

Les sapins de Noël dans les centres d’achat me rappellent mes points de repère. Regardons-nous dans un miroir : c’est nous qui sommes à blâmer et non ceux qui nous demandent d’enlever tous nos points de repère. Transmettons-nous nos valeurs et nos traditions à nos enfants ? C’est pourtant sécurisant et réconfortant pour eux. Je suis né au Québec, ma langue, c’est le français. J’aime nos traditions, notre culture, elles sont mes points de repère. Si nous n’en avons pas, nous sommes alors assis sur un siège désajusté et nous conduisons mal notre vie.

EN CONCLUSION : encore une fois, nous sommes ce que nous voulons être. Refuser de me regarder dans le miroir, c’est accepter que d’autres établissent mes points de repère et contrôlent ma vie. Cette portion du message que je présente aux gens est puissante. Je vous invite à croire en vous, à faire mourir vos personnages pour créer la vie dont vous rêvez. Je vous invite à retourner à votre source, là où se trouve la plus grande des forces, beaucoup plus grande que soi-même et sur laquelle nous pouvons compter en tout temps et qui peut nous aider à obtenir tout ce que nous désirons.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

>> Relire la première partie de cet article

Robert Savoie, conférencier et auteur des livres :  Se choisir ; AGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimer ; À chacun ses défisDeviens-tu c’que t’as voulu? (tomes 1, 2 & 3).
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

INTELLIGENCE NUTRITIONNELLE – Écoutez vos tripes

ZEN & PERFORMANT – Entraînez votre Intelligence Nutritionnelle
Aujourd’hui toutes les sciences : biologie, médecine, génétique, neurobiologie, psychologie… convergent pour affirmer que notre santé se joue en très grande partie au niveau de notre flore intestinale et parlent même depuis quelques mois de « révolution microbiote ». En intégrant psychologie, comportement et alimentation, l’Intelligence Nutritionnelle re-connecte, en conscience, la communication de l’axe cerveau-intestin-microbiote pour notre plus grand bénéfice.

Le système nerveux entérique (deuxième cerveau) et le microbiote réagissent à ce que nous mangeons, ce que nous buvons, aux organismes infectieux, aux polluants, aux émotions, à nos interactions avec l’environnement, nos relations avec les autres personnes ainsi que beaucoup d’autres stimuli. Ces milliards d’informations journalières sont encodées sous forme biochimique et envoyées au cerveaux à travers le nerf vague et dans le sang.

Plus de 40% des milliers de métabolites qui circulent dans le sang proviennent de notre flore intestinale. Nous n’avons conscience que d’une infime partie de ces informations, sous la forme d’impressions viscérales. Pourtant notre ventre parle, que ce soit en réaction à des émotions ou bien sous l’effet de déséquilibres (dysbioses) qui sont en train de s’opérer. En devenant plus conscient de nos sensations viscérales et de l’état de notre appareil digestif, nous pouvons réguler plus facilement nos émotions et initier des changements structurels dans plusieurs zones cérébrales permettant d’encoder de nouveaux « scénarios » dans le dialogue cerveau-intestin-microbiote.

Écouter ses sensations viscérales c’est suivre ses intuitions… et c’est à la portée de tous. Il suffit de commencer ! La clé est de centrer son attention focalisée sur notre ventre, dans l’instant présent, sans aucune autre attente que d’écouter et percevoir les sensations qui opèrent. La respiration abdominale et la méditation en pleine conscience sont des techniques qui aident à entrer en contact avec ses sensations viscérales.

Êtes -vous du genre à écouter plutôt votre « mental » ou plutôt votre corps ?

Mon astuce : je pose mes mains sur mon ventre de part et d’autre du nombril, assis confortablement, je ferme les yeux et respire profondément et lentement. Je porte mon attention sur l’oscillation du ventre dû à ma respiration puis progressivement, je laisse remonter les sensations, sans chercher à les interpréter. Quelques minutes suffisent pour percevoir si la digestion de mon repas précédent est fluide ou difficile , si des émotions me créent un poids ou inconfort… ces indications sont précieuses pour agir en conséquence et quand tout est calme et en paix, c’est une sacrée motivation pour continuer à bichonner son microbiote.

Pour recevoir plus d’informations sur l’intelligence nutritionnelle, remplissez le formulaire ci-dessous.

L’eau selon la naturopathie (partie 1)

raison-d-etre

Les médecines naturelles s’attachent tant à la quantité qu’à la qualité des apports hydriques, afin de prévenir la maladie et de potentialiser la santé.

De façon étonnante, l’être humain, à l’instar de sa planète nourricière, la Terre, est constitué d’environ trois quarts d’eau. Et sa proportion atteint même 85 % dans les tissus cérébraux ! C’est dire si ce précieux liquide est indispensable à toute forme de vie : sans eau, point de vie.

L’importance quantitative de l’eau dans notre corps est proportionnelle aux nombreuses fonctions qu’elle remplit afin que notre biologie fonctionne parfaitement bien. Les bons apports hydriques ainsi que les fonctions de l’eau sont probablement sous-estimés par la médecine conventionnelle.

Les apports hydriques

Pour le naturopathe, il est très important de maintenir au mieux l’intégrité des liquides biologiques nourriciers tels que le sang et la lymphe mais aussi des liquides à l’intérieur et à l’extérieur des cellules.

L’eau ingérée sert à la fois à approvisionner la fonction cellulaire comme à en éliminer ses déchets. Aussi, une diminution de l’apport quotidien en eau affecte l’efficacité du travail des cellules, lieu où se tient notre santé.

D’autre part, il est inutile de vouloir nettoyer ou drainer un organisme si les bons apports hydriques, qui serviront à éliminer les déchets vers l’extérieur, ne sont pas assurés.

L’eau et ses rôles divers

Au niveau des membranes cellulaires, l’eau agit comme une mini-centrale hydroélectrique. La différence de pression entre le milieu extérieur et le milieu intérieur de la cellule génère un mouvement de l’eau (phénomène de l’osmose). Tout mouvement crée de l’énergie. Celle-ci sera utile pour les cellules elles- mêmes.

L’eau peut être utilisée comme adhésif pour l’architecture de la cellule. Elle est également impliquée dans le transport des éléments qui circulent dans le sang (globules, éléments dissous : sodium, calcium, oxygène…) mais aussi des substances fabriquées par les cellules cérébrales et voyageant le long des nerfs.

L’eau intervient aussi dans la régulation de la température du corps par l’intermédiaire de la transpiration.

Enfin, l’activité des protéines et des enzymes est optimale si les besoins en apports hydriques sont respectés. Les dernières découvertes scientifiques dévoilent qu’il existe, au-delà des systèmes de communication que sont les systèmes nerveux, hormonal et endocrinien, un réseau hydrique. En fait, grâce à ses caractéristiques, l’eau permettrait à toutes les cellules de communiquer instantanément entre elles. L’eau serait la « toile » de notre biologie.

L’eau est ainsi impliquée dans un grand nombre de phénomènes de régulation et de communication à l’intérieur de notre corps.

L’eau insalubre tue

Un grand nombre de pays qui ne connaissent pas les moyens technologiques dont dispose l’Occident, comme l’assainissement, sont confrontés au grave problème des eaux insalubres. En effet, l’eau non potable est la première cause de mortalité dans le monde.

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’association Solidarités, ONG basée à Clichy, près de Paris, a rendu public un rapport qui montre que les maladies liées à l’eau insalubre et au manque d’hygiène provoquent chaque année la mort de 8 millions de personnes. Elle souligne que « 1,2 milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable et 2,6 milliards n’ont pas accès aux conditions élémentaires d’hygiène. »

L’eau insalubre véhicule de nombreuses épidémies comme le choléra, la typhoïde, l’hépatite. D’autres personnes meurent de la diarrhée, pourtant facilement traitée chez nous, qui tue à elle seule 1,8 million d’enfants par an, soit 5 000 chaque jour !

Samedi prochain, nous verrons la suite de cet article consacré à l’eau et la santé. Nous parlerons de la déshydratation et ses conséquences.

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

J’ai décidé de QUITTER MA VIE DE CADRE ultra dynamique pour vivre mieux, quitte à DIVISER MON SALAIRE PAR TROIS.

Choisir le sens plutôt que l’argent

Daniel était ingénieur dans une grosse entreprise. Au bout de 10 ans, il a réalisé que sa vie n’en était en fait pas une : « Quand je dormais, il arrivait que je doive changer mes draps la nuit tellement je transpirais : le stress ! Tu t’en rends même pas compte, t’es dedans… moi je pensais que c’était normal »

Il a donc décidé de changer de vie : « à partir de maintenant je vais faire ma boîte à mon image et où on ne raisonne pas argent ». Il a créé Robin des Toits, une agence immobilière solidaire.

Lien vers la vidéo >>

Pour recevoir plus de vidéos inspirantes, inscrivez-vous à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, en remplissant le formulaire ci-dessous.

Démarrer un blog – 4 peurs qui vous empêchent de vous lancer (partie 1/2)

Bonjour, je m’appelle Sana (www.sanasecretsofshine.wordpress.com), je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Vous lisez beaucoup d’articles sur internet, et de pages en pages, vous vous dites que vous aussi vous avez du contenu à partager, des choses à écrire. Mais, une voix dissonante vous en empêche. C’est la même qui vous empêche de tenter quoi que ce soit de nouveau : ne serait-ce que de changer de route pour rentrer chez vous.

Les semaines, les mois, les années passent et vous vous demandez à chaque fois pourquoi vous ne franchissez pas le cap. Je crois savoir, pour les avoir ressenties, qu’il s’agit là de l’œuvre de 4 peurs qui vous inhibent.

1. « Je n’ai pas la compétence technique »

Vous pouvez créer un blog sans aucune appétence, ni compétences techniques. Aucunes. Le marché du « blogging » est d’ailleurs plein de solutions gratuites pour débuter cette belle aventure. Lancez-vous, et vous verrez qu’en tâtonnant, en essayant, en découvrant les fonctionnalités, vous serez chaque jour, de plus en plus à l’aise avec les outils. Et si jamais, vous ne pensez pas y arriver seul(e), faites appel à un prestataire, ou inscrivez-vous sur des forums, ou des groupes Facebook relatifs au blogging. Vous pourrez échanger avec des gens qui ont des questionnements techniques similaires.

2. « Je ne suis pas légitime »

Nous souffrons tous à un moment de notre vie du syndrome de l’imposteur. Nous estimons ne pas être à la hauteur de ce que nous envisageons. Rassurez-vous, pour débuter un blog, vous n’aurez pas besoin d’être à la hauteur de quoi que ce soit mais juste d’être vous-même. Les lecteurs s’identifient à un parcours de vie, à des émotions, à une histoire personnelle. Réfléchissez à vos passions, à ce que vous adorez faire, à votre parcours de vie, et trouvez un sujet sur lequel vous avez beaucoup de choses à raconter. Vous n’avez pas besoin de tout savoir dans un domaine pour commencer. Et, au fil de vos écrits, vous atteindrez la « ligne éditoriale » qui vous ressemble.

Mercredi prochain, nous aborderons les 2 autres peurs :
– « Je n’aurai pas le temps de l’alimenter »
– « Je veux qu’il soit parfait »

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.

Méthode d’organisation – Clé #4 : Comment aider votre CERVEAU à mieux S’ORGANISER ?

« On passe à l’acte » vous propose 7 clés fondamentales d’organisation pour la construction de votre projet. Vendredi dernier, nous avons vu la clé n° 3 : DÉCOUPER les GRANDS PROJETS en petites actions. Voici aujourd’hui la clé n°4.

Comment aider votre CERVEAU à mieux S’ORGANISER ?

Votre cerveau ne sait pas retenir toutes les choses à faire avec rigueur. La règle d’or, c’est de ne pas confier l’organisation à son cerveau, mais à des méthodes et outils efficaces pour s’organiser, comme par exemple la méthode Getting Things Done. Avec elle, adieu les listes et les post-its.

Cette méthode peut se pratiquer soit avec le format papier avec le bac à tri, soit en format numérique, avec le fabuleux outil en ligne et gratuit, Trello.

Que ce soit avec le bac à tri ou avec Trello, ceux-ci doivent être organisés en 6 colonnes :

1. Premières Actions, qui sont les petites actions simples à réaliser rapidement.

2. En attente de l’extérieur : pour ce qui nécessite une réponse ou une action d’une autre personne que vous-mêmes, ce qui vous permet de l’avoir devant vous mais de vous en soulager du poids en terme de charge mentale.

3. Projet : pour tout ce qui dépasse les actions simples et qui nécessite une organisation, une date limite et des actions propres.

4. Infos : qui va regrouper toutes les informations dont vous avez besoin et que vous ne devez pas oublier.

5. Un jour peut-être : qui recense les idées que vous avez, que vous n’allez pas réaliser tout de suite mais que vous voulez garder.

6. Réalisés : glisser les actions dans cette catégorie une fois réalisées. Plus cette dernière catégorie sera remplie, plus vous serez fiers de vous !

Alors ? Qu’attendez-vous pour commencer à vous organiser ?

À suivre vendredi prochain – Clé n°5 : Pourquoi l’ÉMOTIONNEL est-il l’ENNEMI de l’organisation ?

Si vous souhaitez vous abonner à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, remplissez le formulaire ci-dessous.