J’ai décidé de CHANGER ma manière d’entreprendre

Changer de vie pour entreprendre avec du sens

Ludovic Bréant a eu du succès toute sa vie ; il a été l’un des plus jeunes entrepreneurs de France à faire fortune avant 40 ans mais il n’était pas heureux. Il a donc décidé de démarrer autre chose.

Aujourd’hui, il vit beaucoup plus sereinement et son nouveau projet de vie est d’aider et d’accompagner les autres avec ses compétences. Il revient dans cette interview sur ce changement de vie.

Résultats :
– Il est dynamique et heureux de sa nouvelle vie
– Il est dans la légèreté et la simplicité
– Il travaille désormais pour aider les autres entrepreneurs et les éclairer


Lien vers la vidéo >>

Pour lui, tout le monde peut passer à l’acte !

« Quand on est à sa place on n’a pas besoin de forcer. L’idée, c’est d’accepter les choses et de repartir différemment et de repartir vers des choses beaucoup plus légères. »

Pour recevoir plus de vidéos inspirantes, inscrivez-vous à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, en remplissant le formulaire ci-dessous.

Intolérances et allergies – Que dit la NATUROPATHIE ? (partie 2/6)

nature

Plus d’un Français sur trois souffre d’allergie et près d’un sur deux d’intolérance alimentaire. Ce chiffre aurait doublé au cours des quinze dernières années. Quelles en sont les causes et comment pouvons-nous agir en dehors des traitements symptomatiques proposés par la médecine classique ?

Samedi dernier, nous avons vu des généralités sur les intolérances et les allergies. Développons maintenant le sujet.

Les intolérances alimentaires

L’intolérance peut être due soit à une insuffisance d’enzymes digestives, soit à une hypersensibilité à certains composés des aliments, des boissons, voire des additifs alimentaires. Cette hypersensibilité s’apparente aux allergies dans le sens où les symptômes peuvent être confondus : nausées, diarrhées, crampes d’estomac.

Les manifestations de l’intolérance alimentaire sont très souvent liées à la dose ingérée : passé une certaine quantité d’un aliment allergène, le corps réagit, alors qu’une simple petite particule de ce même aliment peut générer une forte réaction dans le cas de l’allergie.

L’intolérance au lactose, le sucre du lait, est courante et en constante progression. Elle est due à une absence ou à une insuffisance de la lactase, enzyme qui permet normalement de digérer le lactose. Les fromages étant moins riches en lactose, ils posent donc moins de problèmes pour l’intolérant.
L’intolérance au gluten, issu de certaines céréales (blé, avoine, seigle et orge), devient également de plus en plus fréquente. Elle est compliquée à gérer car celui-ci est présent partout (pain, pâtes, pizza, biscuits, viennoiseries,
sauces…). Il donne chez l’intolérant des troubles intestinaux.

A ne pas confondre avec la maladie cœliaque, intolérance sévère entraînant une intoxication au gluten avec des réactions immunitaires très importantes.
Il existe également des intolérances aux protéines des œufs de poule. Le plus souvent, c’est l’ovalbumine, protéine majoritaire contenue dans le blanc, qui est mal tolérée. Cette intolérance peut évoluer vers une allergie aux œufs, notamment chez les jeunes enfants, qui sont les plus vulnérables. Dans le cas de parents atopiques, il est important d’introduire les œufs de poule le plus tard possible dans l’alimentation.

L’intolérance est plus fréquente et moins grave que l’allergie. Elle évolue souvent avec l’âge. Selon la British Allergy Foundation, 45 % de la population européenne et américaine souffriraient d’intolérance. Son expression se limite souvent à des troubles gastro-intestinaux, mais des infections ORL à répétition, des douleurs articulaires ou des maux de tête peuvent être en lien avec des intolérances persistantes ou mal détectées.

Au début du processus, les réactions de l’organisme sont souvent discrètes et distantes de l’absorption du ou des aliments concernés. Toutefois, il est important de prendre en compte ce signal d’alerte envoyé par notre corps qui indique une réaction à certaines substances alimentaires ou à certains additifs. Faute de cela, la paroi de l’intestin peut s’abîmer, entraîner des troubles comme le syndrome du côlon irritable, voire laisser passer des morceaux d’aliments non digérés et entraîner de vraies allergies.

L’intolérance nécessite donc une éviction totale ou partielle de l’aliment incriminé pendant quelques mois afin de rendre à nouveau fonctionnel le système digestif.

Samedi prochain, nous continuerons cet article et aborderons le sujet des allergies et du système immunitaire.

Alain HUOT

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

INTELLIGENCE NUTRITIONNELLE – Changer l’ordre des aliments… commencez par les fruits !

ZEN & PERFORMANT – Entraînez votre Intelligence Nutritionnelle
Aujourd’hui toutes les sciences : biologie, médecine, génétique, neurobiologie, psychologie… convergent pour affirmer que notre santé se joue en très grande partie au niveau de notre flore intestinale et parlent même depuis quelques mois de « révolution microbiote ». En intégrant psychologie, comportement et alimentation, l’Intelligence Nutritionnelle re-connecte, en conscience, la communication de l’axe cerveau-intestin-microbiote pour notre plus grand bénéfice.

Changer l’ordre des aliments… commencez par les fruits !

Ce conseil peut paraître anodin, pourtant il va changer radicalement et durablement votre alimentation, en corrigeant la première erreur fatale à votre énergie !

En mangeant les fruits en début de repas, leurs sucres seront rapidement absorbés et vont alimenter en énergie notre corps en quelques minutes seulement. La sensation de faim va alors s’estomper plus rapidement et par conséquent limiter notre prise alimentaire.

Autre bénéfice énergétique : à jeun, les fibres des fruits vont atteindre plus rapidement l’intestin grêle et le colon en étant peu dégradées durant leur parcours . Elles pourront alors stimuler une très grande diversité de micro-organismes au sein de notre microbiote qui produiront des AGCC (acides gras à courte chaine) constituant une source importante d’énergie pour notre corps.

De plus, certains AGCC comme le propionate et le butyrate vont atteindre et cibler certains récepteurs de notre cerveau impliqués dans le contrôle de l’équilibre énergétique du corps. Il se recrée ainsi, une communication positive au sein de l’axe cerveau-intestin-microbiote favorisant notre équilibre énergétique.

Dans le cas inverse, si les aliments gras et ceux riches en protéines qui demandent un temps très long de digestion (4h à 6h) sont consommés en premier, ils vont alors créer un « énorme embouteillage » qui va non seulement retarder la libération d’énergie pour notre corps, mais également retarder la sensation de satiété et enfin dégrader les nutriments d’intérêt contenus dans les fruits (fibres, anti-oxydants etc…).

Mon astuce : je choisis l’ordre de mes aliments en visualisant des véhicules sur une route: pour éviter les « bouchons » il est préférable de faire partir les voitures en premier, ensuite les camions et les tracteurs en dernier… Au quotidien : j’aime commencer mes repas par des fruits ou légumes sucrés tels que du melon, de la pastèque, des tomates, de la mangue, du pamplemousse, des bâtonnets de carottes, des fraises, des cubes de betterave rouge…

Pour recevoir plus d’informations sur l’intelligence nutritionnelle, remplissez le formulaire ci-dessous.

RÈGLE D’OR #2 pour un article inspirant – Définir une problématique et dégager un plan

Bonjour, je m’appelle Sana, je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Je vous propose 7 règles d’or pour écrire un article inspirant et percutant. Nous avons vu mercredi dernier,  la Règle d’or n°1 : Phosphorer autour du sujet. Voici aujourd’hui la règle d’or n° 2.

Définir une problématique et dégager un plan

Une fois que vous avez répondu à ces premières questions (voir règle #1) autour de la méditation, une problématique va se dessiner : la problématique est la phrase (ou la question) qui va résumer l’ensemble de votre travail de réflexion du point 1.

Ainsi, vous allez pouvoir rédiger une phrase telle que celle-ci :

Comment, dans notre société au rythme effréné, la méditation, est-elle devenue une discipline incontournable qui suscite l’engouement de millions de personnes ?

Ou :

Pourquoi chaque année des millions de personnes, en proie aux multiples effets pervers du stress, pratiquent la méditation ?

Cette problématique va vous aider à dresser un plan pour répondre de façon exhaustive à la question.

Ici, je ne peux que vous conseiller d’adopter un plan pratique. Car la plupart des personnes sont à la recherche de conseils pratiques.

Si vous dissertez sur les pouvoirs de la méditation en dressant exclusivement le portrait des grands maitres buddha, vous allez certes éclairer le lecteur sur ces personnes, mais vous n’atteindrez pas le but recherché.

Le but est de permettre au lecteur de s’identifier, de tirer des enseignements, des conseils pratiques à mettre en œuvre dans leur quotidien.

Aussi, si nous reprenons la problématique :
« Pourquoi chaque année des millions de personnes, en proie aux multiples effets pervers du stress, pratiquent la méditation ? », le plan dégagé (pour y répondre) pourrait être le suivant :

I. Une société contemporaine en proie aux méfaits du stress :
A. Une société basée sur le culte de la performance (et les méfaits du stress)
B. La méditation : une veille discipline qui revêt des caractères différents (la méditation tibétaine, la méditation zen, la méditation vipassana, la méditation taoïste, la méditation yogique).

II. La méditation : une pratique qui offre de nombreux bienfaits
A. Les nombreux bienfaits de cette pratique ancestrale
B. Comment méditer au quotidien ?

Ainsi, vous aurez une trame pour rédiger votre article. Néanmoins, je vous conseille aussi de laisser votre plume s’exprimer, sans forcément l’enfermer dans un cadre formel.

Si vous avez envie d’évoquer le fait que votre grand-mère méditait sous un arbre et que vous aviez pour habitude de l’observer lorsque vous étiez petit, sentez-vous libre et mentionnez-le : cela ajoutera plus de vie à votre récit.

À suivre mercredi prochain :  Règle d’or n° 3 – Sonder au plus profond de soi pour illustrer son propos

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.

La relation à soi, d’abord (partie 3/3)

Nous sommes des êtres de relation, c’est clair. Nous avons besoin d’être en relation pour notre santé et notre équilibre affectives. Nous naissons en relation, nous nous développons par la relation, nous apprenons en relation, nous nous construisons et nous nous détruisons à travers les relations. La relation est le lieu de nos plus grands plaisirs et de nos plus grandes souffrances.

Nous avons vu mardi dernier, l’importance de s’occuper de ses propres blessures. Voici aujourd’hui la dernière partie de cet article.

Comment me réconcilier avec la partie souffrante en moi ?

Comment faire alors pour me réconcilier avec la partie souffrante en moi puisque j’ai justement tout mis en place pour la fuir et ne pas la ressentir? Comment descendre dans ces profondeurs de mon être qui me font si peur? C’est ce chemin-là que je ne connais pas.

J’observe comment, pour plusieurs personnes, le premier pas vers soi est souvent d’oser exprimer ce qu’elles vivent à l’intérieur. Sortir du silence, ouvrir la porte, oser dire, dépasser le jugement et la honte de soi, et surtout être entendu et accueilli, procure un sentiment de libération. La thérapie, ma retraite/atelier PHÉNIX crée un contexte qui favorise cette ouverture de soi.

Mais je sais aussi profondément que ce qui est aidant pour explorer la partie souffrante de soi et récupérer un pouvoir personnel à partir de sa vulnérabilité, c’est de comprendre de manière rationnelle ce que je vis. J’ai besoin de ma force rationnelle dans cette exploration. J’ai besoin de comprendre pour apaiser mon mental. J’ai besoin d’utiliser la porte du rationnel pour me sécuriser et explorer mon monde irrationnel. J’ai besoin de mettre des mots sur ce que je vis pour me l’approprier.

Comprendre, expliquer, apaise, sécurise et ouvre à l’acceptation de soi. La prise de conscience et l’acceptation servent de nacrer pour transformer l’irritant en trésor. Ma vulnérabilité devient ma force. Mettre des mots sur la souffrance humaine, c’est prendre cette vulnérabilité et la regarder sous différents angles. Je nomme, j’identifie, je décortique pour comprendre rationnellement, pour me l’approprier, pour me guérir et pour apprendre à m’aimer.

Chez l’être humain, tout est inter relié, tout se tient, il n’y a pas de séparation, nous sommes un tout composé de différentes facettes. Je décortique et je sépare pour mieux comprendre avec mon rationnel, mais j’apprends à m’accepter comme un tout.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Relisez les 3 articles sur « La relation à soi, d’abord »
Partie 1 – la relation avec les autres est proportionnelle à la relation avec soi
Partie 2 – l’importance de s’occuper de ses propres blessures
– Partie 3 – Comment me réconcilier avec la partie souffrante en moi ? (article de la présente page, ci-dessus)

Robert Savoie, conférencier et auteur des livres :  Se choisir ; AGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimer ; À chacun ses défisDeviens-tu c’que t’as voulu? (tomes 1, 2 & 3).
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Immobilier (3/21) – Sachez saisir les opportunités

Immobilier Ludovic Bréant

La vie nous amène constamment des opportunités mais il est difficile de leur prêter attention parce qu’on n’a pas appris à leur faire une place.

En laissant la vie nous étonner, avec un esprit ouvert et dans le calme des sens, on ouvre grand le champ des possibles et l’abondance finit par arriver!​​​​​​​

Je vais vous partager 2 opportunités que j’ai su saisir et qui ont vraiment changé ma vie.

Voilà comment tout a commencé.

J’ai 28 ans lorsque je cède mes deux premières entreprises : parc de loisirs, hôtel, restaurant et discothèque.

Un de mes amis me propose alors de réaliser mon premier investissement immobilier : je saisi cette opportunité et le fil de la pelote commence à se dérouler…

Un investisseur chevronné sait également faire preuve de créativité. Vous trouverez dans ce chapitre du livre une des opérations que j’ai réalisées pour illustrer ce propos.

Il faut aussi savoir constamment rester à l’affût de nouvelles opportunités. Par exemple, à l’automne 2020, je souhaite acquérir un lot d’appartements à la Rochelle. Après avoir essuyé plusieurs refus, je présente mon dossier différemment et envisage cet achat, à titre personnel, en tant que loueur meublé professionnel : un simple changement de perspective m’a permis d’atteindre mon but.

Conseil#3 tiré du livre « 30 conseils pour réaliser de bonnes affaires immobilières » aux éditions Maxima

>>> Voir le conseil N°2 « Sachez bien vous entourer »

Ludovic Bréant
www.ludovic-breant.fr

J’ai décidé de QUITTER MON MÉTIER pour m’engager dans la transition énergétique

S’aligner avec ses valeurs dans sa vie professionnelle

Après des études d’ingénieur et un début de carrière professionnelle dans l’ingénierie, Maxime a décidé de tout quitter pour s’aligner avec ses valeurs personnelles et s’investir dans la transition énergétique. Il s’est engagé dans une association qui conseille et accompagne particuliers et entreprises dans la maitrise de l’énergie et la lutte contre la précarité énergétique.


Lien vers la vidéo >>

Un changement qui pour lui était nécessaire : « Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui aujourd’hui font des métiers qui ne les épanouissent pas tant que ça. Je leur conseille de s’écouter ! (…) Pour moi, le résultat c’est un immense sentiment de satisfaction ».

Pour recevoir plus de vidéos inspirantes, inscrivez-vous à la newsletter de ON PASSE À L’ACTE, en remplissant le formulaire ci-dessous.

Intolérances et allergies – Que dit la NATUROPATHIE ? (partie 1/6)

nature

Plus d’un Français sur trois souffre d’allergie et près d’un sur deux d’intolérance alimentaire. Ce chiffre aurait doublé au cours des quinze dernières années. Quelles en sont les causes et comment pouvons-nous agir en dehors des traitements symptomatiques proposés par la médecine classique ?

A l’heure où la médecine conventionnelle n’a jamais été autant à la pointe du progrès, un réel fléau atteint de plus en plus de personnes pour lequel l’allopathie semble impuissante : les maladies chroniques. Elles représentent une réelle souffrance pour nos contemporains et sont la première cause de décès des moins de 65 ans dans le monde.

Parmi ces affections, intolérances alimentaires et allergies tiennent le haut du pavé et les manifestations allergiques, qui peuvent prendre plusieurs visages comme l’eczéma, les rhinoconjonctivites, l’asthme, l’urticaire, voire les chocs anaphylactiques, sont en constante augmentation.

Une des formes d’allergie, l’allergie alimentaire, touche de plus en plus la population pédiatrique avec près d’un enfant sur dix concerné. Le lait de vache est le plus souvent en cause chez le nourrisson. De 6 mois à 15 ans, ce sont les protéines de l’œuf de poule, du poisson, de la cacahuète et du lait qui sont responsables de 75 % des allergies alimentaires. Chez l’adulte, les allergènes sont plus variés et expriment un réel terrain allergique.

L’allergie est une activation du système immunitaire contre des molécules ou des organismes non pathogènes alors que l’intolérance est initialement un problème dans la transformation de certaines molécules alimentaires. L’un est en lien avec le système immunitaire, l’autre avec le système digestif.

Samedi prochain, nous continuerons cet article et parlerons des intolérances alimentaires.

Alain HUOT

Pour recevoir plus de conseils de la part d’Alain Huot, remplissez le formulaire ci-dessous.

INTELLIGENCE NUTRITIONNELLE – Dormir suffisamment

ZEN & PERFORMANT – Entraînez votre Intelligence Nutritionnelle
Aujourd’hui toutes les sciences : biologie, médecine, génétique, neurobiologie, psychologie… convergent pour affirmer que notre santé se joue en très grande partie au niveau de notre flore intestinale et parlent même depuis quelques mois de « révolution microbiote ». En intégrant psychologie, comportement et alimentation, l’Intelligence Nutritionnelle re-connecte, en conscience, la communication de l’axe cerveau-intestin-microbiote pour notre plus grand bénéfice.

Dormir suffisamment

Le repos est essentiel pour reconstituer nos réserves, régénérer nos cellules et avoir de l’énergie durant la phase d’éveil, c’est une évidence, mais nous ne respectons pas toujours nos cycles biologiques. Or, c’est durant le sommeil et plus particulièrement le sommeil paradoxal, que nos deux cerveaux : celui dans le crâne et celui dans le ventre, synchronisent une grande partie des données recueillies durant la journée qu’elles soient d’ordre alimentaire ou émotionnel .

Cette opération est fondamentale car les informations liées à nos expériences alimentaires de la journée vont s’inscrire dans notre bibliothèque inconsciente, sous forme de scénarios, qui seront répétés lorsque la même situation se reproduira à l’avenir. Sur la base des informations échangées durant le sommeil, s’opère un ajustement des paramètres biologiques influant sur notre écologie intestinale. Ainsi un manque de sommeil se traduit par une diminution de la diversité de notre microbiote qui aboutira à des déséquilibres affectant notre santé.

Mais notre sommeil peut également être affecté par notre microbiote, car nos bactéries produisent un grand nombre de molécules impliquées dans la régulation de notre sommeil comme la mélatonine, la sérotonine, le cortisol ou le gabba. Une altération de notre écosystème digestif aura des répercussions sur les équilibres hormonaux régulant la quantité et la qualité de notre sommeil. Il est reconnu qu’un repas gras et copieux ou trop riche en protéines animales va altérer la qualité de notre sommeil et même générer dans notre cerveau des « idées noires ».

Pensez vous dormir suffisamment ?

Mon astuce : lorsque mon diner est bien trop riche , je fais 15 minutes de respiration ventrale ou de cohérence cardiaque. Cela vient en partie « contrer »  la production de molécules comme le cortisol qui empêchent l’endormissement.

Pour recevoir plus d’informations sur l’intelligence nutritionnelle, remplissez le formulaire ci-dessous.

Les 7 RÈGLES D’OR d’un article inspirant et percutant

Bonjour à toutes. Bonjour à tous.

Je m’appelle Sana, je suis passionnée d’écriture ainsi que de développement personnel, de bien-être, de lecture, et d’art.

Je suis convaincue que l’écriture est un merveilleux canal de communication. L’écriture permet de transmettre une émotion, de relater une histoire, d’exprimer nos sentiments.

J’aime l’écriture pour toutes ces belles raisons. Et écrire pour les autres : entrepreneurs, blogueurs, particuliers est un véritable défi car avant tout, j’aime comprendre leur univers, me saisir de leur mission de vie, sonder leurs valeurs, afin de transmettre au lecteur un message fidèle, authentique, sincère.

Je suis également persuadée que l’écriture ne trompe pas : elle révèle beaucoup de choses de nous-mêmes. Loin des sentiers battus, et des recettes miracles, l’écriture inspirante est basée sur des vécus, des sentiments, des valeurs, des parcours de vie et non des vérités générales.

Je suis convaincue qu’un lecteur adhère mieux à des mots qui sont liés à un cœur, qu’à des banalités glanées ici et là.

Je vous propose donc mes 7 règles d’or pour écrire un article inspirant et percutant.

1. Phosphorer autour du sujet
2. Définir une problématique et dégager un plan
3. Sonder au plus profond de soi pour illustrer son propos
4. L’étape de rédaction
5. Le diable se loge dans les détails
6. Laissez le temps faire son œuvre
7. Aimez-vous votre article ?

Règle d’or #1 : phosphorer autour du sujet

Je pars souvent d’une feuille blanche, et ce, en écrivant mon sujet dans le centre d’une feuille A4, en format paysage.En effet, il est important de ratisser large dans un premier temps, et pour ce faire rien ne vaut les traditionnelles questions :
– quoi,
– qui,
– combien,
– quand,
– où,
– comment,
– pourquoi…

Ces questions vont permettre de bien définir le sujet.

Admettons que vous souhaitez écrire un article sur les pouvoirs de la méditation, vous allez ainsi vous poser les questions suivantes et tenter d’y répondre :
– Qu’est-ce que la méditation ?
– Combien de temps est-il souhaitable de méditer ? A quel moment de la journée ?
– Quels sont les bienfaits de la méditation ?
– Comment peut-on méditer ? A-t-on besoin d’un matériel particulier ?
– Qui peut méditer ?

Ces questions relèvent de la traditionnelle méthode de questionnement : le QQOQCCP (Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi), et permettent d’aborder tous les axes d’un sujet.

À suivre mercredi prochain : Règle d’or #2 – Définir une problématique et dégager un plan

Si vous souhaitez en savoir davantage sur mes prestations d’écriture (e-book, articles de blog…), remplissez le formulaire ci-dessous et je vous contacterai.