ACCEPTONS nos ERREURS et nos IMPERFECTIONS

Il est normal de faire des erreurs dans sa vie, et je ne serai jamais parfait. Ma vie a commencé à changer quand j’ai accepté cette idée. A partir de là, je me suis libéré de la pression qui me poussait à rechercher la perfection. Je me suis reconnecté à ce que j’avais profondément envie de faire plutôt qu’à ce que je devais faire.

L’acceptation de mon échec professionnel a été le point de départ d’une véritable transformation. Cela m’a permis de sortir d’un état de tension et de stress. Petit à petit, j’ai changé ma perception des choses et suis devenu plus réceptif aux éléments positifs. Je me suis demandé : qu’y a-t-il de constructif malgré tout dans cette situation ? que puis-je en retirer de bon ?

J’ai compris que je ne pourrai pas trouver la paix intérieure en conservant un ressentiment permanent, en refusant d’accepter mes échecs, en résistant au changement. Au contraire, en acceptant la vie telle qu’elle est, avec ses bonheurs et ses malheurs, ses difficultés et ses joies, j’ai ressenti une grande libération.

Et vous, acceptez-vous vos erreurs ?

Bonne journée,
Ludovic

Notre RÉALITÉ est-elle le MIROIR de notre pensée ?

Dès mon adolescence, malgré mes doutes et mes peurs, j’ai commencé à croire que je pouvais réaliser mes rêves. Afin d’accéder au premier d’entre eux, qui était de m’acheter une moto, j’ai commencé à développer différents petits commerces en parallèle de mes études : j’ai collecté des cartons dans le voisinage pour les revendre au kilo, j’ai vendu des produits cosmétiques en porte-à-porte, j’ai tondu des pelouses…

Certaines personnes, au lieu de se prendre en main, accusent les autres de leur échec : le système, l’État, la malchance… Ces personnes se positionnent en victime dès qu’un malheur arrive. En découvrant à l’adolescence que je serais le seul responsable de mon bonheur, j’ai décidé de devenir chef d’entreprise. Pour moi, l’entrepreneuriat donnait une grande liberté : de décider de mon niveau de revenu, de choisir le secteur d’activité le plus épanouissant pour moi, de ne pas dépendre d’un patron ou de l’État. Et si je commettais une erreur, ou si je faisais un mauvais choix, je le reconnaitrais et me considèrerais comme seul responsable de mon échec.

J’ai pressenti que tout ce qui se passe en dehors de nous est un effet d’une cause qui se trouve en fait à l’intérieur de nous : notre réalité est le miroir parfait de notre pensée et de notre ressenti profond.

Et vous, quelle réalité créez-vous ?

Je vous souhaite une belle journée,
Ludovic

LES BIENFAITS DE L’ALIMENTATION VÉGÉTALE

Selon les végétariens, l’homme ne serait pas fait pour manger de la viande, son tube digestif est trop long, sa bouche trop petite et sa denture faite pour mastiquer et non pour déchirer. Pourtant, nous consommons 80% de produits animaux et 20% de végétaux.

Le Professeur Henri Joyeux estime que nous serons en bien meilleure santé en inversant ce rapport. De plus, il serait préférable de choisir des produits issus de l’agriculture biologique, biodynamique ou de la permaculture. Le Professeur ajoute qu’en plus des quatre à six fruits ou légumes frais de saison conseillés au quotidien, les fruits secs (amandes, noix, noisettes…) apportent un bien meilleur calcium que les produits laitiers.

Le docteur Christian Tal Schaller, auteur de Végétal vivant varié, enseigne la règle d’or de l’alimentation saine : « la règle des trois V » (végétal, vivant, varié), qui permet de trouver son équilibre alimentaire personnel. Les aliments vivants sont les fruits, légumes, graines, oléagineux et autres aliments consommés tels que la nature nous les offre, sans cuisson ni manipulation industrielle. Pour ma part, j’applique en partie la « règle des trois V » depuis plusieurs années avec un grand bonheur et une vitalité retrouvée.

Avez-vous essayé la nourriture végétale ?

Je vous souhaite une agréable journée,
Ludovic

EST-ON SUR LE BON CHEMIN ?

A partir du moment où nous sommes sur notre chemin, où nous vivons en conformité avec notre mission de vie, tout devient plus cohérent : nos pensées, nos paroles, nos actions deviennent alignées. Mais à chaque fois que nous prenons une mauvaise direction, nous recevons un signe de la vie.

Récemment, j’ai travaillé plusieurs mois sur un projet d’incubateur à Biarritz. Cette idée consistait à accueillir et à accompagner des entreprises innovantes dans le domaine social et sociétal, des entreprises qui devaient participer à la création d’un monde meilleur, plus juste, plus humain, plus équitable. Je devais m’associer avec un porteur de projet. Ensemble, nous devions acheter un immeuble de bureaux de 700m² et l’agrandir de 1000m² supplémentaires. Sauf que… rien ne s’est déroulé comme prévu !

Le bâtiment a été acheté mais le maire n’a pas souhaité me recevoir ; le nom du projet n’a pas émergé ; je ne suis pas parvenu à créer une équipe harmonieuse ; finalement, le permis de construire a été refusé ! Sur le moment, ma déception fut grande mais, très rapidement, j’ai accepté la situation : j’ai compris que l’Univers avait d’autres projets pour moi parce que ma place est ailleurs… et je garde confiance en la vie.

J’ai ainsi accepté l’idée que ce n’est pas ce que je souhaite qui va arriver, mais ce qui s’avère être le meilleur pour moi à ce moment précis. Aussi, quel que soit le résultat de mon action, j’ai confiance dans la vie et l’Univers me donne la réponse la plus appropriée.

Et vous, êtes-vous sur le bon chemin ?

Bonne journée,
Ludovic

J’ai décidé de QUITTER UNE VIE PROFESSIONNELLE confortable pour SUIVRE MES ASPIRATIONS profondes

Savoir s’écouter pour vivre une vie qui a du sens

Pendant 10 ans, Frédéric Laloux a été consultant dans un cabinet prestigieux. Il croyait avoir trouvé sa voie, son plan de carrière étant tout tracé « mais c’était comme si la vie me disait : ça c’était super, mais ce chapitre est fini ! »

Il a alors décidé de ne plus envisager sa vie professionnelle comme un plan de carrière. « Je ne devais plus réfléchir à ce que devait être mon prochain métier mais me demander qu’est-ce que je pourrais faire maintenant qui aurait le plus de sens pour moi. »

Cette décision a donné 2 initiatives :

  • Le développement de la communication connectée avec les bébés (menée conjointement avec sa compagne et sa petite fille)
  • Une étude sur un nouveau paradigme de gestion des grandes entreprises (reinventing organizations)

Lien vers la vidéo >>

Résultat : Frédéric vit en accord avec ses valeurs : « Peu de questions se posent car il n’y a rien que je pourrais faire qui aurait plus de sens que ce que je fais aujourd’hui. »