Réentendre les mêmes choses ! (partie 1/3)

Durant mes retraites/ateliers PHÉNIX et lorsque je donne des conférences, je répète souvent que l’acceptation de soi, de son corps, de son passé est le chemin que l’on doit emprunter pour cheminer vers l’amour de soi. Ce n’est pas une route facile à suivre. Il y a des embuches, des cailloux, des débris qu’il faut enlever, c’est parfois très périlleux et, à certains endroits, le sentier est escarpe. Vraiment, ce n’est pas toujours évident.

Régulièrement, les gens viennent me rencontrer et me mentionnent qu’ils ont fait des thérapies une bonne partie de leur vie, ont participé à différents ateliers de cheminement, on essaye du plus profond de leur âme de s’accepter tels qu’ils sont et qu’ils n’y sont pas encore arrivés. Je me permets ici de le répéter encore avec tout mon amour : l’acceptation signifie de se donner le droit de vivre la peine, la colère, le dégout de soi, la tristesse, le mal de vivre, la souffrance, la joie, le bonheur, etc.

Il est souhaitable, mais pourtant rare, que les gens se permettent de rester dans ce qu’ils vivent au moment présent pour accueillir la peur, la souffrance et commencer alors le processus de libération et d’acceptation. J’en parle beaucoup dans mes retraites et je le répète encore ici. Pourquoi ?

Nous en parlons mardi prochain, dans la seconde partie de cet article !

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Trois façons simples pour atteindre un MIEUX-ÊTRE

L’être humain recherche le bonheur au quotidien. Voici trois façons très simples pour changer de vieilles habitudes et atteindre un mieux-être.

  • Consacrez-vous une heure de qualité par jour pour vous seulement.
  • Faites vingt minutes de méditation matinale
  • Demandez et vous recevrez : demandez cinq choses chaque jour en méditation. Écrivez dans votre journal ce que sont vos cinq requêtes en commençant chacune d’elles par « Je demande… ». Lisez-les chaque jour.

Chaque jour

  • Prenez vingt minutes de votre temps pour vous entraîner, marcher, courir, jouer, danser, faire un effort physique, préférablement au lever.
  • Écrivez dans votre journal l’exercice que vous avez choisi et ce qu’il vous a procuré.
  • Prenez vingt minutes de votre temps pour remercier la Vie pour tout ce que vous avez reçu et tout ce que vous recevrez.
  • Ayez de la gratitude pour votre santé en prenant grand soin de vous et rendez grâce à votre Dieu de vous accompagner dans la joie.
  • Écrivez cinq raisons pour lesquelles vous avez de la reconnaissance en commençant votre texte par « J’ai de la reconnaissance pour… »

UN PETIT CLIN D’OEIL
Peanuts dit à Snoopy :
« Un, jour, nous allons tous mourir.»
Snoopy répond :
« Oui, mais tous les autres jours, nous allons vivre »

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Être plus confiant

Holà ma belle gang !

Voici comment définir votre « POURQUOI », la raison pour laquelle vous voulez être plus confiant :

1. Commencez avec la question : En quoi est-ce si important… pour moi… d’être plus confiant ?

2. Et ensuite, peu importe la réponse… demandez-vous : Il y a plus que cela, n’est-ce pas ? Il y a plus que simplement (la réponse d’en quoi c’est si important d’être plus confiant)… Et c’est quoi, ce plus…   qui est si important… pour moi ? Qui fait que je veux être plus confiant…

 3. Alors, pendant que vous continuez de le ressentir vous envoyez le message à votre subconscient : C’est pour (la réponse de 2) que je veux être plus confiant !!!

 4. À chaque jour, prenez le temps de quelques secondes pour ressentir la raison pour laquelle vous voulez être plus confiant, et à nouveau envoyer le message à votre subconscient.
Faites-le souvent… Le cerveau a besoin de beaucoup de répétition ! Aimeriez-vous conditionner votre subconscient à accélérer le processus d’être plus confiant ? Alors faite l’étape 5 !

5. À chaque fois que vous ressentez de la confiance, prenez le temps de la « célébrer » en ressentant la raison pour laquelle vous voulez être plus confiant.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

La perception de soi

Tout être humain qui est aimé inconditionnellement par ses parents ou ses éducateurs pour ce qu’il est et non pour ce qu’il fait, développe une saine estime de lui-même.

Il entretient un sentiment de valeur et d’importance à ses propres yeux. Lors de mes retraites/ateliers PHÉNIX, je demande aux personnes qui assistent de compléter un test sur la dépendance affective et le résultat démontre que l’amour de soi est presque toujours déficitaire. Je reçois des gens très éduqués, des gens moins scolarisés et très peu ont une juste estime d’eux-mêmes. Ils ont une grande difficulté à s’apprécier et à prendre soin d’eux. Ce sont des personnes qui ont fui à travers des activités, leur travail, des achats, des possessions matérielles, des substances ou autres, afin de remplir leur vide intérieur.

Quelle est la cause de toutes ces fuites ? Bien souvent, c’est le manque d’intimité avec elles-mêmes, le manque d’écoute de soi, le non-respect de leur corps et le manque d’amour de soi qui en sont la cause. En ne s’accordant pas de temps de qualité, ces personnes ne peuvent identifier leurs besoins ou malaises dans le but de s’accueillir et ainsi trouver des réponses au vide intérieur qui les habite en permanence.

Tous ces manques entrainent infailliblement la personne à vivre des complexes, à adopter de fausses croyances limitantes et bientôt les personnages font leur apparition.

Un personnage prend toute la place dans l’ego, l’orgueil, les complexes causés par l’abandon, le rejet, la culpabilité, la rivalité, l’infériorité, la supériorité, la trahison, l’injustice, la honte de soi et autres. Lorsqu’on a appris depuis notre enfance à banaliser nos sentiments, à ne pas exprimer nos émotions et nos peurs, le personnage a développé un des plus populaires mécanismes de défense qui soit pour se couper de l’émotion et de sa vitalité: la castration.

La perception de soi fait prendre conscience des divers aspects de sa personnalité : traits physiques et psychologiques, qualités morales, besoins, acquis et ressources, capacités et limites, forces et faiblesses.

Ainsi, si on me demandait de décrire la perception que j’ai de moi-même actuellement, je dirais : « je suis un homme ; j’exerce la fonction conférencier ; j’ai la carrière d’enseignant ; je m’applique à être un bon communicateur ; quelque peu timide, j’aime pourtant les défis, je suis authentique, vulnérable et sensible à moi et à l’autre ».

Et je pourrais poursuivre de la sorte en énumérant les divers aspects de la personne que je suis devenue. Je reconnais comme miennes les qualités que mon entourage me renvoie. Toute fois, je ne suis pas tout à fait dépendant de l’appréciation d’autrui. Plus j’acquiers de la maturité, plus je découvre en moi, par la réflexion et l’expérience, d’autres qualités et aspects intéressants. En résumé, l’estime que j’ai bâtie de moi-même dépend à la fois de l’appréciation des autres et de la mienne.

Lorsqu’on s’aime réellement, qu’on s’approuve et qu’on s’accepte tel que l’on est, tout fonctionne dans la vie. C’est comme de petits miracles surgissant de partout.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Comment réussir votre vie amoureuse (partie 3/3)

Holà ma belle gang ! Ici Bobby INTER-National.

S’engager dans une relation, c’est définitivement choisir l’aventure parce que nul ne connait d’avance les méandres du chemin à parcourir. Comme toute aventure celle de la relation de couple implique un travail sur soi et exige un dépassement continuel, car le lien affectif qui unit deux amoureux est la meilleure école d’apprentissage de l’amour authentique et de la réussite de leur union. Mes secrets concernant la réussite d’une relation amoureuse reposent donc sur cette forme d’amour global.

Mardi dernier nous avons vu 6 points pour prendre soin de votre relation amoureuse. Voici aujourd’hui la dernière partie de l’article.

Comment exprimer clairement vos besoins dans la relation ?

Respectez votre amoureux.
Assurez-vous que vous lui accordez assez de considération pour que vos paroles, vos gestes et vos actions soient motivés par un sentiment profond et sincère d’amour à son égard.
Restez présent dans les moments difficiles.
Libérez-vous des attentes. Changer l’attente en objectif.
L’amour de soi n’a pas été donné à tout le monde en héritage. Cependant il se cultive par le travail sur soi et par les expériences relationnelles.
Dites du bien de votre amoureux ou abstenez-vous d’en parler.
Ne le critiquez jamais.
En cas difficulté relationnelle, si vous avez besoin d’être écouté ou d’être aidé, confiez-vous a une personne capable de vous entendre avec empathie sans prendre parti ni pour vous ni pour lui.

Quelle importance allez-vous accordez à votre relation, à partir de maintenant ?

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Comment réussir votre vie amoureuse (partie 2/3)

Holà ma belle gang ! Ici Bobby INTER-National !

S’engager dans une relation, c’est définitivement choisir l’aventure parce que nul ne connait d’avance les méandres du chemin à parcourir. Comme toute aventure celle de la relation de couple implique un travail sur soi et exige un dépassement continuel, car le lien affectif qui unit deux amoureux est la meilleure école d’apprentissage de l’amour authentique et de la réussite de leur union. Mes secrets concernant la réussite d’une relation amoureuse reposent donc sur cette forme d’amour global.

Mardi dernier nous avons vu la première partie de cet article. Voici la suite.

Comment prendre soin de ma relation amoureuse ?

1. accordez-vous du temps a votre relation amoureuse.
Au moins une fois par semaine. Pratiquez une activité de couple.

2. Élaborez des projets communs et réalisez-les.
Choisissez ensemble une activité dans le respect de vos rythmes et de vos différences.
Dressez la liste des tâches à accomplir pour la réaliser.
Répartissez ces tâches entre vous, passez à l’action et rendez-vous jusqu’au bout.

3. personnalisez votre vie sexuelle.
Ne chercher jamais a performé sexuellement.
La vie sexuelle est une aventure.
Personnalisez-la et créez-la à partir de qui vous êtes et du couple unique que vous formez avec votre partenaire amoureux.

4. parlez-vous de cœur à cœur.
Ne refouler pas vos malaises
Parlez-vous tous les deux de cœur a cœur sans accusation et sans reproche.
Exprimer clairement vos besoins.
Reconnaissez vos erreurs et excusez-vous quand vous avez blessé l’autre.
Surtout, ne vous contentez pas d’une relation tiède.

5. engagez-vous.
Pour connaitre et comprendre votre conjoint et pour rendre votre couple plus fort et plus uni.

6. acceptez d’être aidé
Si vous êtes coincé dans une relation amoureuse qui vous fait souffrir, combattez l’orgueil, dépassez vos peurs, détruisez vos préjugés et acceptez de consulter un professionnel de la vie relationnelle.

Mardi prochain, nous verrons la suite et fin de cet article : Comment exprimer clairement vos besoins dans la relation ?

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

Comment réussir votre vie amoureuse (partie 1/3)

Holà ma belle gang ! Ici Bobby INTER-National !

S’engager dans une relation, c’est définitivement choisir l’aventure parce que nul ne connait d’avance les méandres du chemin à parcourir. Comme toute aventure celle de la relation de couple implique un travail sur soi et exige un dépassement continuel, car le lien affectif qui unit deux amoureux est la meilleure école d’apprentissage de l’amour authentique et de la réussite de leur union. Mes secrets concernant la réussite d’une relation amoureuse reposent donc sur cette forme d’amour global.

À qui ces secrets peuvent-ils être utiles ?

– à ceux qui croient à l’amour et a ceux qui n’y croient plus.
– à ceux qui s’engagent dans une nouvelle relation amoureuse et qui veulent la réussir.
– à ceux qui souhaitent approfondir leur lien.
– à ceux qui doutent de leurs sentiments.
– à ceux qui traversent une crise en ce moment et qui veulent en sortir grandis et non détruits.
– à ceux qui désirent donner une dernière chance à leur relation.
– à ceux qui espèrent que leur vie de couple serve de lieu d’épanouissement personnel et d’amour véritable.
– à ceux qui veulent retrouver l’estime et le respect d’eux-mêmes.

L’amour authentique de l’être aimé dans la liberté d’être soi sert de fondement à toute relation amoureuse réussie.

Mardi prochain, je vous dévoilerai 6 points essentiels pour prendre soin de votre relation amoureuse.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

La relation à soi, d’abord (partie 3/3)

Nous sommes des êtres de relation, c’est clair. Nous avons besoin d’être en relation pour notre santé et notre équilibre affectives. Nous naissons en relation, nous nous développons par la relation, nous apprenons en relation, nous nous construisons et nous nous détruisons à travers les relations. La relation est le lieu de nos plus grands plaisirs et de nos plus grandes souffrances.

Nous avons vu mardi dernier, l’importance de s’occuper de ses propres blessures. Voici aujourd’hui la dernière partie de cet article.

Comment me réconcilier avec la partie souffrante en moi ?

Comment faire alors pour me réconcilier avec la partie souffrante en moi puisque j’ai justement tout mis en place pour la fuir et ne pas la ressentir? Comment descendre dans ces profondeurs de mon être qui me font si peur? C’est ce chemin-là que je ne connais pas.

J’observe comment, pour plusieurs personnes, le premier pas vers soi est souvent d’oser exprimer ce qu’elles vivent à l’intérieur. Sortir du silence, ouvrir la porte, oser dire, dépasser le jugement et la honte de soi, et surtout être entendu et accueilli, procure un sentiment de libération. La thérapie, ma retraite/atelier PHÉNIX crée un contexte qui favorise cette ouverture de soi.

Mais je sais aussi profondément que ce qui est aidant pour explorer la partie souffrante de soi et récupérer un pouvoir personnel à partir de sa vulnérabilité, c’est de comprendre de manière rationnelle ce que je vis. J’ai besoin de ma force rationnelle dans cette exploration. J’ai besoin de comprendre pour apaiser mon mental. J’ai besoin d’utiliser la porte du rationnel pour me sécuriser et explorer mon monde irrationnel. J’ai besoin de mettre des mots sur ce que je vis pour me l’approprier.

Comprendre, expliquer, apaise, sécurise et ouvre à l’acceptation de soi. La prise de conscience et l’acceptation servent de nacrer pour transformer l’irritant en trésor. Ma vulnérabilité devient ma force. Mettre des mots sur la souffrance humaine, c’est prendre cette vulnérabilité et la regarder sous différents angles. Je nomme, j’identifie, je décortique pour comprendre rationnellement, pour me l’approprier, pour me guérir et pour apprendre à m’aimer.

Chez l’être humain, tout est inter relié, tout se tient, il n’y a pas de séparation, nous sommes un tout composé de différentes facettes. Je décortique et je sépare pour mieux comprendre avec mon rationnel, mais j’apprends à m’accepter comme un tout.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Relisez les 3 articles sur « La relation à soi, d’abord »
Partie 1 – la relation avec les autres est proportionnelle à la relation avec soi
Partie 2 – l’importance de s’occuper de ses propres blessures
– Partie 3 – Comment me réconcilier avec la partie souffrante en moi ? (article de la présente page, ci-dessus)

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

La relation à soi, d’abord (partie 2/3)

Nous sommes des êtres de relation, c’est clair. Nous avons besoin d’être en relation pour notre santé et notre équilibre affectives. Nous naissons en relation, nous nous développons par la relation, nous apprenons en relation, nous nous construisons et nous nous détruisons à travers les relations. La relation est le lieu de nos plus grands plaisirs et de nos plus grandes souffrances.

Nous avons vu mardi dernier, pourquoi la relation avec les autres est proportionnelle à la relation avec soi. Voici la suite de l’article.

Quand je ne m’occupe pas de mes blessures, elles s’incrustent et me tuent

Par la relation à soi, je peux transformer cette souffrance en la reconnaissant, en l’exprimant, en l’acceptant et en pardonnant.

Connaissez-vous l’histoire de l’huitre et de la perle ? Elle commence par un minuscule grain de sable qui, par inadvertance, entre au cœur de l’huitre. Pour elle, ce grain de sable est une catastrophe qui la blesse et la fait souffrir au coeur même de son être. Elle se met donc à s’en occuper, doucement, elle le couvre de nacre. Elle a la capacité de faire cela, une fine couche à la fois, tranquillement, elle transforme cet irritant qui la blesse en une magnifique perle. Elle transforme sa souffrance en trésor précieux.

Je peux développer la relation avec moi-même, c’est ma façon de tranquillement nacrer mes blessures et d’en faire un trésor au cœur de ma vulnérabilité. Comme l’huitre ne pourra jamais se débarrasser du grain de sable, je ne pourrai jamais me débarrasser de mes blessures du passé. Mais j’ai le pouvoir maintenant, par ma conscience, mon acceptation et mon pardon, d’en faire une richesse intérieure.

La souffrance fait partie de la vie. C’est une réalité que je me dois d’apprivoiser et d’accepter profondément. Il est illusoire de croire que je peux ne plus souffrir. Comme parent, j’ai beaucoup plus intérêt à enseigner à mes enfants de quelle façon composer avec la souffrance que de vouloir leur éviter de souffrir. Et pour faire cela, j’ai moi-même besoin de me réconcilier avec la partie souffrante en moi.

Mardi prochain, nous verrons la dernière partie de cet article : Comment me réconcilier avec la partie souffrante en moi ?

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.

La relation à soi, d’abord (partie 1/3)

Nous sommes des êtres de relation, c’est clair. Nous avons besoin d’être en relation pour notre santé et notre équilibre affectives. Nous naissons en relation, nous nous développons par la relation, nous apprenons en relation, nous nous construisons et nous nous détruisons à travers les relations. La relation est le lieu de nos plus grands plaisirs et de nos plus grandes souffrances.

Ma capacité d’être en relation avec les autres est directement proportionnelle à ma capacité à être en relation avec moi-même.

Ce qui veut dire, par exemple, si je suis en guerre avec moi-même, il se peut fort bien que je me retrouve en guerre avec les autres. Si j’ai tendance à me juger sévèrement, il se peut que je juge facilement et sévèrement les autres. Si je nie mes émotions, que je refoule ce que je ressens, j’aurai surement de la difficulté avec les émotions des autres. Dans ce cas, il me sera difficile de départager ce qui m’appartient de ce qui appartient à l’autre, je serai facilement emporté dans des réactions défensives malsaines qui enveniment, perturbent et brisent rapidement la relation. C’est ce en quoi consiste la guerre dans nos relations.

Par contre, c’est en développant la relation à soi, c’est-à-dire en apprenant à être à l’écoute de ce que je vis, en prenant conscience de mon fonctionnement défensif, et surtout en acceptant ce que je suis dans ma vulnérabilité, que je pourrai commencer à m’ouvrir à l’autre. C’est fragile, j’ai l’impression de marcher sur la pointe des pieds. On dit que c’est le chemin le moins fréquenté. Même si parfois il me semble être un chemin de plus en plus fréquenté, je sais que nous sommes encore une minorité à oser entreprendre le chemin de la connaissance de soi-même.

Être en relation avec soi-même, c’est d’abord être en contact avec ce que je vis. Oser ressentir et reconnaitre ce que je vis. Affronter, arrêter de nier, abaisser les murs, ouvrir les portes pour sortir de la barricade, enlever l’armure… toutes ces phrases qui expriment ce que j’ai construit pour ne pas ressentir ma vérité.

Être en relation avec soi-même, c’est accepter, qui je suis, accepter ce que je ressens, accepter mon histoire, accepter les blessures que je porte. Parce que nous en portons tous. J’ai été blessée et la souffrance ressentie, n’ayant pas été accueillie et exprimée, est restée enfouie au fond de moi. Pour la cacher et la nier, je construis un personnage de survie qui contrôle, domine et manipule mon entourage. Et la personne que je suis reste seule derrière, souffrante, abandonnée et en détresse.

Mardi prochain, nous verrons la suite de cet article : Quand je ne m’occupe pas de mes blessures, elles s’incrustent et me tuent.

Avec bienveillance,
Robert Savoie, présent et engagé.

Conférencier et auteur de Se choisirAGIS, fais ce que tu disLaisse-moi t’aimerÀ chacun ses défis ainsi que de Deviens-tu c’que t’as voulu tomes 1, 2 et 3.
www.CentreDuMieuxEtreRobertSavoie.com

Pour recevoir plus d’informations de la part de Robert Savoie, remplissez le formulaire ci-dessous.